Ile Maurice: Patrimoine - Rodrigues, île aux trésors ?

Y aurait-il d'autres sites à explorer ? Un expert français dit se battre depuis 2015 pour une autorisation des autorités afin d'effectuer des fouilles dans l'Ouest de l'île. Il assure que deux ans de recherches ont apporté des preuves tangibles.

Cet homme d'origine française est expert en recherche, identification et interprétation de gravures rupestres et pariétales. Pour l'heure, il ne veut pas que son nom soit cité, pour une question de sécurité et vu la sensibilité des éléments, dont les sites eux-mêmes. Cependant, «à la suite de la déclaration de Nicholas Von Mally sur son intérêt à prendre connaissance de tout autre dossier de recherche de trésors», il souhaiterait remettre au goût du jour un dossier, qu'il avait proposé au National Heritage Fund (NHF) en janvier 2015. «Je faisais état de la découverte d'un coffre ou d'une jarre contenant des objets précieux sur un site à l'ouest de Rodrigues. Je me suis résolu à abandonner après 4 ans d'échanges infructueux avec les autorités concernées malgré l'importance qu'il représentait sur tous les plans patrimoniaux», souligne-t-il.

«J'ai travaillé sur de nombreux projets en France et en Espagne mais je me suis intéressé à Maurice et à Rodrigues en particulier cette année-là, car l'histoire de ces îles est intense et elles ont toutes deux de gros patrimoines qui datent d'avant la colonisation. Je savais que les habitants seraient friands de mes recherches ainsi que des trouvailles. Il n'y a qu'à voir l'importance que l'on accorde à celles de St.-François en ce moment. Je m'y suis focalisé.»

Le chercheur a effectivement commencé des recherches à Rodrigues et, quelques mois plus tard, en octobre 2015, il décide de faire une demande officielle au gouvernement mauricien pour effectuer des fouilles. «En décembre 2015, j'ai formulé ma demande au NHF et à l'Assemblée régionale de Rodrigues.» De là, le Français commence à travailler en collaboration avec plusieurs experts, conservateurs et archéologues à Maurice. Il a également eu une rencontre avec le ministère des Arts et de la culture. «J'avais soumis une demande de réunion au NHF et je souhaitais qu'un membre décisionnaire du gouvernement y assiste afin de clarifier la position vis-à-vis du dossier de Rodrigues et d'en présenter un nouveau avec une découverte majeure mais cette fois à Maurice puisqu'il comporte des gravures incontestables du pirate William Kidd.»

Exceptionnelles découvertes

Dans les deux ans qui ont suivi, des «choses exceptionnelles qui auraient pu être d'une très grande importance ont été découvertes». Comme d'importantes gravures ou encore des roulements de poulie, des rails en fer qui «auraient servi à acheminer les tortues vers les bateaux», selon des experts. Ou encore des objets autrefois utilisés pour la pêche, entre autres. Mais, cela n'a pas abouti bien qu'il ait frappé à toutes les portes. Il explique que même le ministère des Arts et de la culture avait à l'époque accueilli positivement l'idée. «Mais on m'a répondu négativement sur papier. La raison invoquée à l'époque était la sécurité de l'aéroport car le site se trouvait non loin de la future zone de l'aéroport.» Alors qu'il ne demandait qu'à fouiller jusqu'à un mètre pour plus de données pendant une semaine.

L'expert abandonne définitivement les lieux en juillet 2018. «Je trouvais cela dommage de passer à côté mais ça n'avançait pas et je trouvais que cela ne servait plus à rien de persister. Je me suis concentré sur mes projets de l'Espagne et de la France.» Jusqu'à ce que le nouveau trésor de St-François à Rodrigues ne domine l'actualité. Cela a ravivé son envie de reprendre les recherches. «J'ai repris contact récemment avec le gouvernement mauricien ainsi que le NHF pour avoir un rendez-vous afin de relancer les démarches d'autorisation.» Ce sera très probablement en novembre prochain car il aurait des engagements professionnels en France pour l'heure.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.