Afrique de l'Est: L'UE lance des négociations en vue d'approfondir les relations commerciales avec les pays d'Afrique orientale et australe

communiqué de presse

Bruxelles — BRUXELLES, 02 October 2019 / PRN Africa / -- Aujourd'hui, à l'Île Maurice, l'UE a entamé des négociations avec cinq partenaires d'Afrique orientale et australe (ci-après l'«AOA»), à savoir les Comores, Madagascar, l'Île Maurice, les Seychelles et le Zimbabwe, afin d'approfondir l'accord de partenariat économique existant. Compte tenu des résultats positifs découlant de l'accord en application depuis maintenant huit ans, ces cinq pays se sont déclarés prêts à aller au-delà des échanges de biens et à passer à un accord plus complet. L'UE s'est félicitée de cette avancée, notamment dans le cadre de l'Alliance Afrique-Europe pour un investissement et des emplois durables.

Depuis que l'accord initial a commencé à s'appliquer en 2012, les exportations de biens en provenance de ces cinq pays de l'AOA vers l'UE ont augmenté de près d'un quart pour atteindre pratiquement 2,8 milliards d'euros en 2018. Les entreprises européennes investissent aussi de plus en plus dans la région. Le nouvel accord devrait couvrir de nouvelles règles et d'autres domaines importants liés au commerce, comme par exemple les services, les investissements, les obstacles techniques au commerce, les droits de propriété intellectuelle ainsi que le commerce et le développement durable.

Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce, a déclaré à ce sujet: «La région AOA joue un rôle de pionnière dans toute l'Afrique en ce qui concerne notre partenariat commercial. L'approfondissement de l'accord actuel placera notre partenariat à un autre niveau. Il permettra de stimuler les échanges bilatéraux et les flux d'investissements et contribuera à la création d'emplois et à la poursuite de la croissance économique dans nos régions respectives tout en favorisant le développement durable. L'UE soutient sans réserve cette démarche majeure.»

L'UE est le premier partenaire commercial de ces cinq pays de l'AOA. La conclusion d'un accord de libre-échange complet permettrait non seulement d'améliorer l'environnement des entreprises et des investissements, mais également de stimuler les économies des cinq pays concernés, par exemple en diversifiant leurs exportations vers l'UE. Un tel accord viendrait en outre appuyer la mise en œuvre de l'Alliance Afrique-Europe pour un investissement et des emplois durables lancée en septembre 2018. De plus, il favoriserait à la fois l'intégration économique régionale, par exemple en développant des chaînes de valeur régionales, et l'intégration continentale en faisant avancer l'état de préparation de ces cinq pays à la réalisation de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) dans le cadre de l'Union africaine. Les accords de partenariat économique (APE) sont les éléments constitutifs de la future ZLECA.

À la demande des cinq pays de l'AOA, l'Union européenne a accepté de fournir une aide financière pour la mise en place d'un mécanisme de coordination dans le cadre de l'APE, dont l'objectif est de garantir une bonne coordination et un soutien technique approprié aux cinq pays concernés afin qu'ils puissent participer efficacement au processus de négociations. Le mécanisme de coordination a déjà contribué, pour la partie AOA, à la préparation de la phase de délimitation du périmètre des négociations à venir.

Contexte

Les accords de partenariat économique (APE) sont des accords commerciaux et de coopération au développement qui prévoient un accès en franchise de droits et sans contingent au marché de l'UE, sur la base de règles d'origine favorables pour les pays partenaires. Ils contribuent à la diversification des exportations, à la compétitivité et à la création de chaînes de valeur locales.

Depuis 2012, date d'entrée en vigueur de l'actuel accord de partenariat économique intérimaire (APEI) avec les États d'Afrique orientale et australe (AOA), les exportations de Madagascar vers l'UE ont plus que doublé. Les Seychelles ont vu leurs exportations augmenter de plus d'un tiers entre 2012 et 2018. Les exportations du Zimbabwe vers l'UE se sont accrues de 12 % pendant la même période, tandis que ses exportations vers le reste du monde ont diminué. Quant à l'Île Maurice, la principale destination de ses exportations demeure l'Union européenne (par exemple, exportations en hausse des produits de la pêche).

En 2017, quatre États de l'AOA (l'Île Maurice, Madagascar, les Seychelles et le Zimbabwe) ont demandé à l'UE de se pencher sur l'éventuelle extension de l'APE intérimaire afin d'aller au-delà de l'actuel accès au marché pour les biens et la coopération au développement. L'objectif était d'inclure de nouvelles règles et de nouveaux domaines liés au commerce, comme le prévoit la clause de rendez-vous à l'article 53 de l'APE (c'est-à-dire le processus d'«approfondissement»). Les deux parties ont approuvé le champ d'application et les objectifs de cet approfondissement avant le lancement des négociations. En février 2019, après avoir ratifié l'APE intérimaire, les Comores ont commencé à l'appliquer à titre provisoire, rejoignant aussi les quatre autres États de l'AOA dans le processus d'approfondissement.

Copyright Union européenne, 1995-2019

SOURCE Commission europénne

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: PR Newswire

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.