Congo-Kinshasa: La promotion de l'industrie du cuir - Un de principaux axes de la formation

3 Octobre 2019

En marge des travaux de la Semaine africaine de l'industrialisation, organisés à Addis Abeba, les représentants des médias africains présents dans la capitale éthiopienne ont également pris part au projet de renforcement des capacités prévu à leur intention.

Ce programme axé essentiellement sur l'évolution de quelques filières industrielles, était dispensé par des professeurs et experts venus de divers horizons. Il faut saluer le fait que des interventions techniques étaient complétées par des échanges fructueux avec plusieurs acteurs de terrain oeuvrant dans plusieurs secteurs industriels du continent.

C'est le cas du professeur Mekonnen Haïle Mariam de l'Institut des produits du cuir africain (ALLPL), qui a entretenu l'assistance sur une thématique portant sur la chaine de valeurs du cuir au niveau du Comesa. Dans son exposé, il a indiqué qu'il s'agit d'une institution à caractère continental, dont les produits en cuir figurent parmi les articles les plus échangés à travers le monde, surtout que l'industrie du cuir comporte également la plus grande chaine de valeurs mondiales.

Selon les estimations faites pour l'année 2018, le professeur Mekonnen a indiqué que la valeur mondiale des produits du cuir s'élevait à 250 milliards de dollars. Ce qui est tout à fait différent de l'industrie du coton. A l'en croire, le ¼ des produits en cuir provient du continent africain, grâce au bétail, sur un total d'au moins 27 % de la population mondiale. Le professeur Mekonnen a précisé à ce sujet que le cuir a une grande valeur puisque souvent utilisé au niveau de la maroquinerie, au moment où l'Afrique continue d'importer à hauteur de 3 milliards de dollars des produits en provenance de l'extérieur, pendant que c'est elle-même qui produit cette matière première qui sert à la fabrication des chaussures, des sacs et des ceintures, etc.

Parlant de l'ALLPI, il a fait savoir que cette institution est établie dans 17 pays membres du Comesa et fonctionne sur une stratégie de 10 ans, en étroite collaboration avec les aspirations de l'Agenda 2063 et aussi du Comesa.

Sur un total de 17 pays membres, 14 ont déjà donné leur approbation pour ce secteur du cuir en tant que priorité via leurs gouvernements, où un budget leur est alloué à cet effet. Mais avant cela, le professeur Mekonnen a déclaré que leur rôle est d'organiser des formations en faveur des entreprises à petite et à moyenne échelle, en vue de mieux accroitre la compétitivité d'au moins 120 PME, notamment en Ouganda, au Kenya, au Zimbabwe et en Ethiopie.

Ces pays collaborent aussi avec des instituts de recherche pour des études et la mise en place des centres d'incubation, etc.

Pour terminer, il a fait savoir que sa structure compte organiser en 2021, un congrès en Ethiopie, en collaboration avec l'Union internationale des chimistes, afin d'évaluer d le potentiel du pays dans ce secteur, avant de souligner que l'ALLPI est aussi présente dans toutes les plates-formes. il a estimé que le continent doit s'investir dans ce secteur pour inverser la tendance en chiffre qui s'élève à au moins 1 milliard, pour accroitre assez de revenus et créer un grand potentiel par rapport aux emplois futurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.