Afrique Centrale: Région des Grands Lacs - L'envoyé de l'ONU se félicite des progrès vers la stabilité

3 Octobre 2019

La région des Grands Lacs d'Afrique est, plus que jamais, résolument engagée dans sa marche vers la stabilité, a déclaré jeudi l'Envoyé spécial des Nations Unies pour cette région, Huang Xia, devant le Conseil de sécurité.

Selon lui, des étapes importantes ont été franchies dans la mise en œuvre de l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo (RDC) et la région, qui a été signé en 2013, grâce notamment au transfert pacifique du pouvoir en RDC et à la volonté réaffirmée des leaders de la région de faire face ensemble aux défis qui entravent son émergence.

« Après sa prise de fonctions, le Président de la RDC, Félix Tshisekedi, s'est engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et la sécurité à l'est de la RDC. Cette ouverture diplomatique a été saluée par tous les chefs d'Etat que j'ai rencontrés dans la région, qui m'ont assuré de leur engagement à soutenir cet élan de coopération », a souligné Huang Xia, devant les membres du Conseil de sécurité.

Il a également salué le rapprochement entre l'Ouganda et le Rwanda et a félicité l'Angola et la RDC pour leur détermination à promouvoir le dialogue et la résolution pacifique des différends entre les pays de la région. « J'appelle le Conseil à encourager la poursuite de ces efforts », a-t-il dit.

Selon l'envoyé de l'ONU, la volonté de coopération au niveau sécuritaire s'est traduite récemment par des consultations entre les services de sécurité et de défense de la RDC et ceux des pays voisins, notamment, du Burundi, de l'Ouganda et du Rwanda, dans le but de renforcer leur coopération contre les groupes armés opérant dans l'est de la RDC. « Ces initiatives soulignent la pertinence d'une approche régionale et holistique pour s'attaquer à la menace sécuritaire », a-t-il souligné.

Dans ce contexte, M. Xia a estimé qu'il y avait une opportunité importante de s'attaquer aux causes profondes de l'instabilité et qu'il fallait la saisir pour renforcer la coopération régionale, « afin de permettre aux populations de mieux bénéficier des richesses de leur région ».

A cet effet, il a jugé nécessaire de renforcer les programmes de développement et d'accélérer l'intégration régionale.

L'envoyé de l'ONU a reconnu toutefois que de nombreux défis persistaient, notamment l'insécurité dans l'Est de la RDC due aux groupes armés, tant étrangers que locaux ; l'exploitation et le commerce illicites des ressources naturelles qui alimentent une économie illégale entretenant ces groupes armés ; et les déplacements forcés de populations dus à l'insécurité.

Il a également jugé nécessaire des efforts accrus en vue de la protection et de la promotion des droits humains.

L'envoyé de l'ONU a fait part au Conseil de quelques initiatives menées par son bureau pour soutenir les pays de la région en matière de coopération sécuritaire et judicaire, de lutte contre l'impunité, de commerce et de développement, et de promotion du rôle des femmes, des jeunes et de la société civile.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.