Seychelles: L'Assemblée nationale des Seychelles approuve la réouverture des négociations sur l'indemnisation après la pollution de l'eau de 2010

Les membres de l'Assemblée nationale des Seychelles ont approuvé la réouverture des négociations sur les paiements d'indemnisation avec l'entreprise de construction et le propriétaire du bâtiment pour les victimes de la pollution des eaux de La Misere en 2010.

Tous les membres ont voté jeudi pour une motion urgente présentée par Waven William, député du district de Grand Anse, dans l'ouest de Mahé.

Dans sa présentation, M. William a déclaré: «Cette assemblée demande au gouvernement, à la suite de l'engagement pris par le ministre des Finances jeudi dernier avec les victimes de la pollution des eaux de La Misere, de donner le mandat au ministre des Finances de renégocier avec l'entreprise de construction et le propriétaire du bâtiment pour obtenir plus d'argent afin de mettre rapidement un terme à l'affaire lié au paiement des dédommagements suite à la pollution des eaux de La Misere. "

M. William a ajouté que «le fait que l'affaire ait traîné en dépit des divers engagements pris par le passé, je présente cette motion et demande l'appui de cette assemblée pour que nous envoyions un message clair indiquant que l'assemblée souhaite appuyer le souhait du ministre lorsqu'il a déclaré: que si l'autorité lui donnait le mandat d'aller renégocier, il le ferait. "

Environ 1 400 habitants de La Misere et de Petit Barbarons, dans l'ouest de Mahe, y compris ceux qui travaillent à La Misere, ont été touchés par la pollution de l'eau causée par la construction du palais du Sheikh Khalifa bin Zayed al-Nahyan en 2010.

Associated Contracting and Consulting Limited (Ascon) - la société imputée de la pollution - avait convenu en mars 2011 de verser un montant total de 99 millions SCR (7,2 millions USD) après que plus de 90% des résidents des maisons touchées avaient accepté la somme de 250 000 SCR (18 000 $) offerts à chaque foyer. En outre, le gouvernement a assumé sa responsabilité morale et a approché certains de ses partenaires étrangers pour obtenir des fonds afin de payer des victimes qui n'auraient pas été suffisamment payées avec l'offre d'Ascon.

La deuxième indemnisation annoncée par le président Danny Faure l'an dernier est un complément à ce qui avait été payé en 2013.

M. Loustau-Lalanne avait déclaré mercredi à l'Assemblée nationale que les 15 millions de dollars qui serviront à régler le second tour des demandes d'indemnisation seront à la charge du gouvernement des Seychelles.

Cette annonce a déclenché une manifestation jeudi dernier et l'une des organisatrices de la manifestation, Lydia Jumeau, a déclaré que le groupe s'opposait à ce que le gouvernement paie la note.

Photo : Les manifestants devant Liberty House, qui abrite le siège du ministère des Finances.

«Nous ne voulons pas que l'argent du contribuable, notre argent, soit utilisé pour payer l'indemnisation. C'est un autre fardeau pour le pays. Cela devrait incomber en premier lieu à ceux qui ont causé la pollution », a déclaré Mme. Jumeau.

Bernard Georges, membre élu du district central de les Mamelles, également membre du comité des rémunérations, a déclaré que la motion aiderait le gouvernement à déterminer la provenance des fonds destinés à payer les résidents de La Misere, l'indemnisation supplémentaire demandée. .

«C'est l'entreprise de construction et le propriétaire du bâtiement qui en ont bénéficié et ce sont eux qui doivent verser toute indemnité supplémentaire. Je crois que tout le monde est d'accord avec cela. La population des Seychelles ne devrait pas, à travers le budget, payer pour les avantages que le propriétaire a réalisés et la négligence de son contractant », a-t-il ajouté.

M. Georges a déclaré que l'Assemblée nationale demande au gouvernement de renégocier au lieu de payer la note et que c'est la direction que devrait prendre un gouvernement responsable et raisonnable.

Dans son résumé, M. William a informé les habitants de La Misere et de Petit Barbarons qu'une réunion publique aurait lieu samedi à 14 heures à la chapelle de La Misere avec le ministère des Finances et le procureur général.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.