Afrique: Rebranding Africa Forum - La sixième édition se penche sur les enjeux socio-économiques de l'exploitation minière en Afrique

Ce boom minier a entraîné un afflux de ressources sur le continent africain, qui dispose d'une part importante de ressources minières (30% de la bauxite, 60% du manganèse, 75% des phosphates, 85% du platine, 80% du chrome, 60% du cobalt, 30% du titane, 75% du diamant et près de 40% de l'or, etc.) ; des estimations en constante évolution, au rythme des découvertes de nouveaux gisements.

Ainsi le continent, dont la plupart des pays vivent des rentes sur les produits du sous-sol, abrite-t-il aujourd'hui sept des dix économies dont la croissance est la plus rapide dans le monde.

Cette croissance demeure toutefois insuffisamment partagée, notamment en Afrique subsaharienne où plus de la moitié de la population vit avec moins de 1,25 dollar par jour. Pire, les régions les plus dotées en ressources minières sont paradoxalement souvent les plus pauvres et les plus meurtries par les conflits pour la conquête de ces ressources.

Aussi l'enjeu crucial pour l'Afrique aujourd'hui est-il plus que jamais de tirer au mieux profit de l'envolée des cours des ressources minières pour jeter les bases structurelles d'un développement endogène, inclusif et durable. Le chemin qui y mène est cependant semé de faiblesses à surmonter, et surtout de défis à relever.

Au rang des faiblesses, on peut notamment relever:

-La dualité des intérêts entre les Etats détenteurs des ressources et les compagnies étrangères qui les exploitent, les seconds étant peu ou pas concernés par les externalités négatives de leurs activités, notamment aux plans environnemental et socio-économique.

-La faible exploitation du potentiel minier, car à l'exception de l'Afrique du Sud, ce potentiel reste relativement sous exploré et ouvert aux opérateurs étrangers.

-Le peu de transparence ou de contrôle démocratique dans la gestion de ces ressources.

-La relative faiblesse du cadre normatif et réglementaire.

-L'absence ou l'insuffisance des compétences locales

-La faible implication des acteurs économiques locaux, etc.

Ces faiblesses laissent entrevoir autant de défis à relever, pour que le secteur minier puisse véritablement servir de levier à un développement durable et inclusif du continent.

Le défi de la participation et de l'expertise locales à développer pour accompagner l'Etat dans la maîtrise, l'exploitation et la gestion de son potentiel minier, de manière à garantir au mieux les intérêts locaux et un développement inclusif.

Le défi de la gouvernance démocratique, en vue de mettre la valorisation du capital minier au service de la préservation et de la promotion du capital socio-économique et environnemental.

Le défi écologique, à relever pour verdir au maximum l'exploitation minière en Afrique, un verdissement qui lui-même constituera une source de créations d'emplois et d'opportunités de développement.

Le défi de la transformation locale, pour améliorer la plus-value de l'exploitation minière, favoriser la création d'un marché interne fort et relativement stable, compte tenu des perspectives démographiques du continent et des besoins énergétiques qu'elles indiquent.

Enfin le défi économique et financier, créer les partenariats indiqués ainsi que les incitants appropriés pour rendre le secteur minier suffisamment attractif, et ainsi capable de mobiliser les énormes ressources longues que requiert son exploitation.

C'est en relevant ces défis, entre autres, que la croissance économique issue de l'exploitation minière en Afrique ne sera plus accusée d'être au bout du compte appauvrissante, parce qu'engendrant une destruction irréversible de notre potentiel environnemental et socio-économique.

Aussi l'enjeu est-il, in fine, de créer les conditions, mécanismes et dynamiques afin que les richesses créées par le secteur minier alimentent en permanence les secteurs structurants de nos économies, contribuent à améliorer le niveau de gouvernance économique et politique, la qualité de l'environnement naturel et les institutions, corrigent les inégalités socio-économiques et assurent ainsi la soutenabilité globale de l'exploitation minière. Comment y parvenir, dans l'intérêt de tous les protagonistes du secteur, Etats, investisseurs, compagnies minières, générations présentes et à venir, etc. ?

Tel est l'enjeu de cette sixième édition du Rebranding Africa Forum. Elle mobilisera les principaux acteurs miniers, financiers, économiques ainsi que des compétences technoscientifiques de premier plan les 4 et 5 octobre 2019 à Bruxelles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.