Burkina Faso: Viol des mineures - « J'étais à la merci du père et du fils »

Les violences sexuelles sur les mineures sont légion au Burkina Faso. Des prédateurs sexuels n'hésitent pas à souiller les gamines, bouleversant à jamais leur vie. Meurtries, certaines victimes souffrent dans l'attente d'une justice. D'autres ont décidé de briser le silence...

La fête du nouvel an musulman (fin septembre 2017) bat son plein, en cette nuit, dans le village de Tanghin-Niandeghin, dans le Plateau central. La petite Elsa s'y rend pour aider sa grand-mère à vendre du poisson à cette foire de circonstance. Faisant la ronde du marché, la fillette croise Issa, son aîné de plus d'une vingtaine d'années. Bien connu d'elle et de la famille, son « grand frère » lui offre à boire avant de s'éclipser dans la foule. Les heures s'égrènent. Le ciel s'obscurcit de plus en plus. Tel un prédateur, Issa guette Elsa. Loin des regards, il l'interpelle. Pour appâter la gamine, il lui propose de le suivre dans les buissons contre la somme de 5000 F CFA. Naïve, elle accepte de suivre son «bon samaritain ». Dans la pénombre, et à l'abri des regards, il lui vole sa virginité.

Elle est violée à plusieurs reprises. Ses petites mains n'y peuvent rien contre son bourreau. Sa voix, à peine audible, ne peut l'extirper des griffes de ce prédateur sexuel... Elsa ne tient pas le coup. Ensanglantée, elle rend son dernier souffle... Issa abandonne sa « proie » et prend la clé des champs. Dénudée, le corps sans vie de la gamine est abandonné dans la broussaille. Après plusieurs heures de recherches, la petite Elsa est retrouvée le lendemain, sans sexe. Elle n'aura plus la chance de fêter ses 11 ans. L'appel à témoins porte ses fruits. Après plusieurs jours de traque, le grappin est mis sur Issa. Il nie catégoriquement les faits. Sous la pression populaire, il finit par avouer son crime : « Je reconnais l'avoir violé. Mais je n'ai pas arraché son sexe ». En attendant que justice soit rendue, le violeur croupit à la prison de haute sécurité de Loumbila.

« Papa m'a menacée de me tuer, si... »

L'histoire de A.O, 15 ans, est tout aussi pathétique. Ses géniteurs rêvaient d'un bel avenir pour elle, puisque son cursus scolaire force l'admiration. Pour « parfaire » son instruction, son père décide qu'elle achèvera ses études secondaires à Ouagadougou. Elle quitte alors Ismagho, son village natal, pour élire désormais domicile chez son oncle. Très heureuse, sa vie va pourtant connaître un tournant tragique. Awa est loin de s'imaginer que ses petites rondeurs attirent secrètement les « mâles » de la famille avec en tête Pataryandé, le chef de famille. Les jours passent, celui-ci n'a pas renoncé à « consommer » la petite Awa. Paludéenne, elle se retranche dans sa chambre. Affaiblie par les médicaments, elle tombe dans les bras de Morphée.

Pataryandé qu'elle appelle affectueusement « tonton », s'introduit alors dans sa chambre. La gamine sent une présence humaine. Cauchemar ou réalité ? Elle continue son sommeil. Les mains du tonton se baladent sur son petit corps. Elle sursaute. Ses paupières s'ouvrent. La lutte s'engage. Elle se débat de toutes ses forces. Ses petits biceps n'y peuvent rien. « Ton joli corps d'adolescente m'excite à chaque fois que je te regarde. Tu as le corps d'une adulte et je me demande, si c'est le même goût », lâche-t-il. Elle crie à tue-tête. Aucun secouriste à l'horizon. Impuissante, il abuse d'elle. Ni ses pleurs, ni ses supplications ne freinent son oncle dans sa basse besogne. « Il m'a menacée en me disant qu'il allait tout raconter à mon père et à ma tante que j'ai tenté de le séduire et que l'école n'était pas ma priorité», raconte l'infortunée.

Son calvaire vient de commencer. « Ma tante était enseignante en province et y était avec ses deux derniers enfants. Chaque nuit, pendant que les autres membres de la famille dorment, il venait me violer », se remémore-t-elle, la voix nouée. Awa n'est pas au bout de ses peines. « Une nuit, son fils aîné voulant un médicament avec moi a surpris son père dans ma chambre », explique la fillette. Soulagée d'être au bout de son calvaire, elle est désagréablement surprise. Ange menace son père de tout raconter à sa mère, s'il ne passe pas à l'acte à son tour.

Désormais, elle est à la merci du père et du fils. « Depuis ce jour, ils abusaient régulièrement de moi jusqu'au jour où j'eus le courage de me confier à la servante. Cette dernière me fit savoir qu'elle a été violée par mon oncle et qu'elle n'a rien dit pour garder son boulot », lâche-t-elle en sanglots. Pour mettre fin à son supplice, une idée lui taraude l'esprit : le suicide. « J'ai tenté de me suicider avec les médicaments qu'on utilise pour tuer les souris. La servante m'a vu mettre le produit dans mon repas. Elle m'a demandé de tout remettre entre les mains de Dieu. C'est ainsi que j'y ai renoncé », confie-t-elle. Difficile pour elle d'oublier cette période sombre de sa vie. Traumatisée, Awa retourne au village auprès des siens, après deux échecs en classe de 4e.

Agée de 16 ans et orpheline de mère, Latifa a été abusée par son géniteur. En plus de lui « voler » sa virginité, il lui a transmis le virus du SIDA. « Ce jour-là, j'ai pleuré de toutes mes larmes. J'avais très mal. Papa m'a menacée de me tuer, si j'en parlais à quelqu'un », témoigne Latifa. Muette, elle a douloureusement porté ce lourd fardeau des années jusqu'à son union avec K.O. Après cette scène horrible, elle dit n'avoir plus connu d'hommes jusqu'à ses noces.

C'est après plusieurs années de mariage, qu'elle a découvert sa séropositivité. « Mon époux est saint. C'est ainsi que j'ai compris que la rumeur disant que mes parents sont atteints du VIH était fondée. Malheureusement, mon fils aîné est infecté », raconte-t-elle, la mort dans l'âme. Désormais affaiblie par le VIH, elle en veut à son père d'avoir gâché sa vie. « J'ai commencé à suivre le traitement. Mais mon organisme est fatigué. Je n'attends que la mort », lâche-t-elle.

De nombreuses mineures subissent des violences sexuelles. Selon le rapport 2017 de l'enquête policière des infractions impliquant les mineures et les femmes, on note 27 tentatives de viols en 2015, 35 en 2016 et 21 en 2017. Cette même enquête révèle, respectivement pour les années, 116, 139 et 175 cas de viols. En 2016, 35 cas de viols ont été notifiés au ministère en charge de la femme. Ces chiffres ne sont qu'une partie visible de l'iceberg. Les victimes sont des enfants de 2, 5, 9 ans... Leurs bourreaux sont des personnes majeures : des jeunes, leurs frères, leurs oncles, leurs tuteurs, etc.

Pire, souvent... leur père. Mais généralement, ces actes d'incestes couplés au viol sont vite étouffés dans l'œuf. Les familles n'en pipent généralement pas mot. De nombreux « ados » voient ainsi leur enfance hypothéquée. Malheureusement, ces violences prennent de l'ampleur et sont soutenues par l'existence d'un terrain favorable : les unions précoces, la législation inadaptée et/ou inappliquée, la morale sociale en ruine et la conspiration du silence autour du viol dans la communauté. Les actes de viol ont des effets dévastateurs sur les mineures. A cause de leur précocité, ils ont des conséquences néfastes sur leur santé mentale (dépression, troubles de la personnalité, troubles psychologiques, etc.). A cela s'ajoutent, la détresse psychologique, le stress post-traumatique, l'anxiété, l'automutilation, les tentatives de suicide, les Infections sexuellement transmissibles (IST), les grossesses non désirées et les avortements clandestins. Les viols engendrent aussi divers troubles gynécologiques chez les victimes : hémorragies et déchirures vaginales, fibromes, douleurs pelviennes chroniques, infections urinaires, fistules, stérilité, ulcérations génitales...

Une prise en charge mitigée

Selon l'annuaire statistique 2016 du ministère en charge de la famille, 13 148 enfants victimes de violences ont été reçues par les services sociaux, dont 3 053 pour la seule ville de Ouagadougou. Dans les services sociaux, il se pose aussi un véritable problème de prise en charge des mineures victimes de viol. « Selon une enquête, sur 97 cas traités, 52 enfants soit 54% des cas, ont été remis à leurs parents et n'ont bénéficié d'aucune mesure particulière de prise en charge », déplore l'administrateur des affaires sociales, Erman Dabira. La peur que l'entourage ne soit au courant du viol ou d'exposer la dignité de la victime et de la famille ou encore le fait de vouloir vite oublier, sont des freins à la prise en charge adéquate des victimes.

Selon des spécialistes de la santé, des parents disparaissent après avoir reçu un minimum de soins pour leurs enfants, de peur que d'autres personnes ne soient mises au courant du viol. Ces obstacles se matérialisent le plus souvent par un déménagement clandestin de la victime et/ou sa famille et le retrait des plaintes auprès des services de sécurité. Ces situations ne facilitent pas l'accompagnement psychosocial et médical. Garantir aux mineures une vie exempte de toute forme de violences passe par la protection rigoureuse de l'enfance. Conscient de cela, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté, le 20 novembre 1989, la Convention relative aux droits de l'enfant. Elle prévoit en son article 19 que les enfants doivent être protégés contre toute forme de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d'abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle.

Au Burkina Faso, la Constitution du 2 juin 1991 proscrit les traitements inhumains et cruels, dégradants et humiliants, la torture physique ou morale, les sévices et les mauvais traitements infligés aux enfants. Mais force est de reconnaitre que leur situation n'est guère reluisante. Ils font l'objet, au quotidien, de toutes sortes de violences dont l'une des plus pernicieuses est le viol. « Au titre des crimes et délits contre les particuliers, les cas de viols ont occupé le second rang des inculpés détenus après les cas de vols aggravés, de 2000 à 2008. Ces cas de viol ont connu une hausse en moins d'une décennie soit, de 56 cas en 2000 à 163 cas en 2008 », révèle M. Dabira. A Ouagadougou, selon une étude conjointe du Ministère chargé de la famille et de l'UNICEF datant d'octobre 2001, on dénombrait 35 cas d'abus sexuels déclarés officiellement auprès des services publics de protection de l'enfance dont 28 cas de viols. Ces chiffres ne concernent que les cas signalés et qui ont fait l'objet de procédure judiciaire.

Le silence coupable

Des actes de viols sur mineures sont peu dénoncés. Dans la société burkinabè, ils demeurent tabous et sont masqués par certaines pesanteurs socioculturelles. Difficile pour Fidélia d'oublier, cette nuit où son oncle (le frère à son père) l'a souillée. De cet inceste couplé au viol, elle a piqué une grossesse de son «père ». A 16 ans, elle ne voulait pas garder cet « enfant de la honte ». « J'étais vierge. Après ce viol, je suis tombée enceinte. Mais, la famille a décidé qu'on avorte», affirme-t-elle. Ces enfants vulnérables qui doivent bénéficier de la protection de la communauté sont victimes de sa violence, regrette le juge des enfants au Tribunal de grande instance de Kaya, Patrice Segda.

Selon l'article 533-11 du Code pénal, le viol est puni d'une peine d'emprisonnement ferme de 11 à 20 ans et d'une amende de 1 à 3 millions F CFA, lorsqu'il est commis sur un mineur de 13 à 15 ans au plus. La peine encourue est un emprisonnement de 11 à 30 ans et d'une amende de 3 à 10 millions F CFA, lorsque la victime a moins de 13 ans, selon l'article 533-13. « Une fillette de 12 ans est tombée enceinte à l'issue d'un viol. C'est à six mois de sa grossesse que ses parents se sont rendu compte. C'était une grossesse à haut risque selon les agents de santé. En plus d'être ancéphalopate, elle était drépanocytaire... Le violeur est méconnu. Elève en classe de CM2, elle a donné naissance à son fils par césarienne. Les enquêtes suivent leurs cours pour identifier le violeur », relate le juge Segda.

A des exceptions près, les criminels sont rarement identifiés et punis. Agé de 64 ans, M.O, célibataire et père de quatre enfants, couturier de profession à Bobo-Dioulasso, est passé à la barre pour viol de D.T, âgée de 13 ans à l'époque des faits, 9 avril 2015. D.T allait retirer les habits de sa grand-mère, à l'atelier de couture de M.O. Le sexagénaire a profité de ce moment de solitude avec la gamine pour l'abuser sexuellement. Appelé à la barre, le vendredi 14 juillet 2017, le sexagénaire dans un premier temps, a nié en bloc, avoir commis l'acte qui lui est reproché. Il a reconnu plutôt, avoir eu l'intention de lui faire des attouchements, sans avoir réussi à la pénétrer. Car, a-t-il expliqué, « à chaque tentative manquée, la victime se plaignait d'avoir mal à la partie génitale ».

Et les juges de rétorquer : « Et le sang retrouvé sur ses habits le jour des faits? ». M.O se défend que D.T. était en période de menstrues. Le certificat de l'expertise médicale établi le jour de l'acte, à la demande de la mère de la victime, a révélé pourtant « une déchirure de l'hymen ». Ce qui a corroboré les faits, selon le procureur, car D.T. a affirmé n'avoir jamais eu de rapport sexuel avant ce jour-là. Courant mars de la même année, le vieillard aurait tenté à deux reprises d'abuser de D.T., mais n'y est pas parvenu, a souligné le président du tribunal. « Il a tenté deux fois et la troisième fois, il a réussi. Il m'a couchée sur un banc, m'a déshabillée, et s'est couché sur moi », a retracé la victime. M.O a fini par reconnaître les faits, tout en insistant, cette fois, que la victime était consentante. Chose qui ne l'a visiblement pas tiré d'affaires, car pour le procureur, «l'avis d'une mineure d'une dizaine d'années n'a aucune valeur juridique ». Le sexagénaire a été condamné à 10 ans de prison ferme.

Si M.O. a été condamné, la plupart des bourreaux passent entre les mailles de la justice. Car, les victimes gardent parfois le silence. Elles redoutent en général l'opprobre pour elles et les siens. Quant aux familles, elles préfèrent rester silencieuses. Pourtant, il leur revient principalement de protéger l'enfant à la suite de l'agression. Donc, plusieurs viols commis sur des mineures sont « arrangés » à l'amiable. La famille de la victime ne dépose pas de plaintes en justice. Si pour certaines, c'est une manière de protéger leur progéniture et elles-mêmes pour ne pas être pointées du doigt, pour d'autres, c'est pour éviter que l'accusé n'aille en prison. Rétablir l'honneur et panser les plaies de la victime en justice sont alors relégués au second plan.

Nombre de victimes ne bénéficient pas de soutiens de leurs proches. Elles sont plutôt considérées comme les responsables de leur malheur. « Le boutiquier m'a violé. Présentement, les gens du quartier sont au courant », témoigne Flora, une fillette de 13 ans. Pire, on banalise les violences sexuelles dans d'autres cercles. C'est le cas de Yasmina, 14 ans. Victime d'un viol collectif, sa tutrice lui impute la responsabilité de son malheur. « Il y a trois jeunes qui m'ont violé. Lorsque, j'ai informé ma tante, elle m'a dit que c'est moi qui ai cherché en allant chez eux. Parce qu'ils ne sont pas venus m'attacher à la maison pour m'envoyer chez eux. Pour elle, je pouvais refuser », confie-t-elle. La forte pression communautaire et le désir de ne pas dégrader les relations de « bon » voisinage sont aussi des facteurs d'impunité. « Ma fille a été violée par mon voisin. Lorsqu'il a su que j'étais au courant, il est venu s'agenouiller pour me supplier. Je ne lui ai rien dit.

Le lendemain, il a encore sollicité les vieux du quartier qui sont venus me demander pardon », regrette le vieux A. Sawadogo. Il n'y aura pas non plus de justice pour la petite Raïssa. Son père, S.O., le commerçant, ne compte pas, non plus, ester Justin en justice. «Quand ma fille va recouvrer la santé, on va laisser tomber. Si, je pose plainte, cela fera trop de bruits au marché. Les gens ne vont pas me soutenir. Car, le jeune qui a fait cela est trop aimé par les femmes du marché. C'est lui qui décharge leurs marchandises. D'ailleurs, à la justice, tu vas marcher beaucoup pour rien», insiste-t-il. Pour le juge Patrice Segda, le règlement à l'amiable est une entrave à la justice. Donc, les parents ont le devoir de signaler tous les cas de viols. En attendant une révolution des mentalités, des prédateurs sexuels courent toujours...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.