Congo-Kinshasa: Projet 1.000 écoles par an - Où sont logés les fonds ?

4 Octobre 2019

A l'heure de la gratuité de l'éducation de base décrétée par la Présidence de la République et appliquée par le Gouvernement, plus d'un observateur se pose des questions sur la hauteur du budget national appelé à supporter cette gratuité. A défaut des ressources financières conséquentes, une telle opération est appelée à échouer.

Une perspective qu'actuellement on ne peut se permettre d'envisager à cause de ses effets pervers sur la jeunesse congolaise. Les autorités actuelles ont sur la table les données des enquêtes antérieures réalisées par l'Etat congolais avec l'appui du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) ; données qui chiffrent à 7 millions le nombre des garçons et filles vivant en dehors du système scolaire, enfants éligibles, à coup sûr, dans les réseaux de délinquance. Une grande perte pour le pays. C'est ainsi que, pour faciliter au plus grand nombre d'enfants l'accès et l'accessibilité au milieu scolaire, le gouvernement Matata Ponyo avait initié en son temps un projet de construction de 1000 écoles par an.

Vivement applaudie à travers le «PRRIS» (Projet de Réhabilitation et Reconstruction des Infrastructures Scolaires), cette initiative a connu un financement aussi bien du gouvernement congolais que de plusieurs partenaires multilatéraux. Un projet qui a enregistré une interruption brusque à cause de la fin du mandat du Premier ministre Matata Ponyo. Une fois ce dernier remplacé par ses successeurs, Samy Badibanga et Bruno Tshibala, ce projet PRRIS n'a plus survécu, alors que plusieurs organisations impliquées dans l'exécution du PRRIS avaient perçu déjà des fonds : à savoir, des ongs, des entreprises locales de construction, des églises, des fournisseurs d'une main d'œuvre locale, etc.

Tellement les événements politiques ont semé un grand désordre dans la gestion quotidienne de la cité par le Gouvernement, personne n'a fourni un bilan exact de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire ; sans oublier l'explication sur la hauteur des fonds encaissés par certaines personnes et organisations mais non utilisés pour le PRRIS et non récupérés par le Trésor public. Aujourd'hui, ces sommes peuvent servir à reconstruire les écoles pour booster la gratuité de l'éducation de base

Revisiter le PRRIS pour la recherche des ressources additionnelles

D'aucuns estiment nécessaire de revisiter le dossier du PRRIS pour récupérer les sommes non-utilisées, afin de les verser dans les ressources additionnelles pour construire des infrastructures indispensables à la gratuité de l'éducation de base. Cela pourrait contribuer à l'augmentation effective des bâtiments scolaires, des tableaux noirs, des pupitres, etc. Une telle initiative pourrait accompagner la lutte contre le coulage des recettes du Trésor public et la corruption. A ce sujet, aucun Congolais n'ignore l'importance de la gratuité pour les enfants et l'avenir de la RDC.

En effet, nombreuse sont les personnes estimant qu'il est irresponsable, plus de 59 ans d'Indépendance, que la RDC, avec toutes ses potentialités très riche, ait plus de 7 millions d'enfants non scolarisés, analphabètes. Alors que des politiciens, des dirigeants de ce pays deviennent facilement multimillionnaires en dollars américains à l'issue de leurs mandats à la tête du pays. Tous les moyens légaux doivent être utilisés pour appliquer cette politique de gratuité scolaire. RSK

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.