Somalie: Amnesty dénonce le «mépris» des États-Unis à l'égard des civils somaliens

Les États-Unis augmentent d'année en année, le nombre de frappes aériennes visant les terroristes islamistes shebabs en Somalie. Une guerre aérienne discrète, menée le plus souvent à l'aide de drones. Après un précédent rapport en début d'année, Amnesty International accuse une fois de plus les Américains d'avoir tué des civils.

Le 18 mars dernier, une Toyota circulant près d'Afgoye, dans le centre de la Somalie, est frappée par un missile, probablement tiré par un drone. Deux passagers meurent. Le troisième décédera trois semaines plus tard à l'hôpital. Le lendemain, le commandement militaire américain en Afrique, déclare avoir tué trois terroristes appartenant au groupe islamiste shebab.

Mais pour Amnesty, les trois hommes étaient des agriculteurs revenant de leurs fermes. Pour affirmer cela, l'organisation a interviewé une douzaine de personnes : des proches, des collègues, des témoins allés sur le lieu de la frappe. Les enquêteurs d'Amnesty ont épluché les papiers du véhicule, les dossiers médicaux, étudié des photos et vidéos de la scène. Leur conclusion est sans appel : le bombardement est une bavure et les trois victimes n'étaient pas des terroristes.

Preuve supplémentaire : les shebabs n'ont pas déclaré avoir perdu leurs hommes, ils n'ont pas non plus empêché les familles de récupérer les dépouilles et de les enterrer. Alors que d'habitude, le mouvement reprend les corps de ses combattants. Amnesty a envoyé ses informations au commandement américain. Là encore, aucune réaction. Pour l'ONG, Washington fait preuve d'un « mépris déplorable pour les civils tués et leurs familles laissées dans la détresse ». Les trois hommes tués ont laissé 19 enfants derrière eux.

« Les autorités doivent également indemniser les familles des victimes et mettre en place un mécanisme efficace garantissant aux personnes un moyen sûr et accessible de déclarer elles-mêmes les victimes civiles résultant d'opérations militaires », écrit sur Twitter Abdullahi Hassan, chercheur pour Amnesty international.

Cette enquête pose la question de la stratégie américaine dans la région, mais aussi du comportement de Washington face à ces bavures. Une attitude problématique, selon Abdullahi Hassan, chercheur d'Amnesty sur la Somalie.

Début 2017, le président Trump a signé un décret pour que de larges parties de la Somalie soient considérées comme des zones d'hostilité actives. Depuis lors, Africom vise tous les hommes armés circulant dans les zones contrôlées par les shebabs. C'est une manière très large de catégoriser les gens vivant dans ces régions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.