Tunisie: Un vent de «dégagisme» souffle sur les législatives

Fin de campagne électorale ce vendredi soir pour un vote prévu dimanche 6 octobre. Une semaine avant le second tour de la présidentielle, sept millions de Tunisiens élisent leurs députés dans un scrutin à un tour. Plus de 15 000 candidats répartis sur 1 500 listes sont en lice pour briguer les 217 sièges de l'ARP, l'Assemblée des représentants du peuple.

Le vent de « dégagisme » qui a soufflé sur le premier tour de l'élection présidentielle s'apprête de nouveau à balayer des membres de la classe politique en place.

Première force au Parlement, Ennahdha, qui joue son avenir, pourrait maintenir un bloc conséquent. Le parti d'inspiration islamiste possède une réelle base électorale et son chef, Rached Ghannouchi qui se présente pour la première fois à la députation, viserait même le perchoir.

De son côté, le parti Qalb Tounes, présidé par Nabil Karoui, semble confirmer l'élan qui a porté son candidat au second tour de la présidentielle. L'homme d'affaires emprisonné viserait même, en cas de défaite présidentielle, le poste de Premier ministre.

Les deux partis se sont d'ailleurs livré bataille sur le haut de l'affiche, sans retenue. Le parti présidé par Nabil Karoui n'a eu de cesse de marteler qu'il représentait un rempart face à l'islamisme. Quand le parti d'inspiration islamiste dénonçait les compromissions de l'homme d'affaire.

Indépendants

D'autres formations, comme Aïch Tounsi, dont le slogan est « nous ne sommes pas un parti », menée par l'entrepreneuse et mécène Olfa Terras, ou encore Al-Karama, dirigé par l'avocat islamiste Seifeddine Makhlouf, connaissent une popularité indéniable.

Mais ce sont les listes indépendantes, qui pourraient, comme lors des municipales de l'an dernier, être propulsées à la première place. Elles représentent une alternative aux partis traditionnels et font souvent campagne contre le système en place. L'exaspération face à une classe politique incapable de redresser l'économie du pays et de faire chuter le chômage pourrait jouer en leur faveur.

L'inconnue du vote Saïed

Difficile de prédire les choix des partisans de Kaïs Saied, issu d'aucun parti et arrivé en tête du premier tour de la présidentielle. Certes, Ennahdha a appelé au rassemblement derrière le juriste indépendant, mais pas sûr que cet appel permette de récupérer des votants.

La concomitance des campagnes, présidentielle et législatives, a permis au parti de Nabil Karoui de jouer sur les deux tableaux. Tantôt criant à l'injustice de voir son champion emprisonné, tantôt dénonçant l'incapacité des partis politiques.

Mais quoiqu'il arrive, le très grand nombre de partis et la présence massive d'indépendants aux aspirations diverses risquent de compliquer la tâche de former un gouvernement qui incombera au parti arrivé en tête. Celui-ci devra, dans les deux mois, recueillir l'approbation d'une majorité de députés, tâche qui risque de se transformer en véritable casse-tête.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Tunisie

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.