Cameroun: Le prêtre catholique enlevé et battu par la police, dans un état très critique

5 Octobre 2019

Le prêtre incriminé dans l'affaire des démêlées religieuses entre Madeleine Mekongo ( Mama Mi de son petit nom) épouse Mbarga Mboa ainsi que de la fille du ministre chargé de Mission à la présidence de la République, est dans un état de quasi coma, à l'hôpital central de Yaoundé.

Selon nos informations, le prélat vomit du sang depuis hier lundi, et son état de santé est très préoccupant. Arrivé à l'hôpital mardi dernier, l'abbé Jean Baptiste Noah Bella, n'avait pas reçu de soins.

" C'est l'arrivée de Mgr Jean Mbarga l'archevêque de Yaoundé, qui a fait en sorte que le directeur de l'hôpital central de Yaoundé, demande aux médecins, de mettre le prêtre sous soins intensifs", nous confie inquiète, une cousine de l'homme d'église.

Et de renchérir que " sous les ordres de je ne sais qui, il avait été donné l'ordre, de ne pas mettre le prêtre sous traitement. Mais aujourd'hui, on lui a fait un scanner de la tête, et une radiologie du cou. Mais les médecins nous ont demandé de patienter pour ce qui est des résultats de ces examens ".

Mardi dernier, l'abbé Jean Baptiste Bella Noah de l'église catholique romaine, se faisait enlever par des policiers, à l'entrée de l'Eniet, alors qu'il se rendait à son son chantier du centre eucharistique de Nkolfoulou, une banlieue de Yaoundé la capitale politique du Cameroun.

Deux policiers en civil lui barrent la route, et lui demandent de le suivre. Accompagné de son neveu, le prélat leur demande de se présenter, et de lui montrer les documents rendant légale et légitime, leur action. Ce que les deux policiers kidnappeurs ne feront pas. Une bagarre de rue s'ensuit, et les deux flics sont impuissants devant la robustesse de la partie adverse.

Le prêtre est mené de force par une quinzaine de policiers du Groupement mobile d'intervention ( Gmi) de Soa, venus au secours des deux policiers en civil qui n'étaient pas parvenus à avoir le dessus sur lui.

L'abbé Jean Baptiste Noah Bella est malmené, piétiné et insulté par les policiers qui le conduisent de force à la délégation générale à la Sûreté nationale ( Dgsn) à Yaoundé, au bureau d'un commisssaire à la réputation sulfureuse: le commissaire Meva'a. Y étant, le prêtre va subir des traitements inhumains. Il a les phalanges de la main broyés; un traumatisme crânien, et des traces d'une violence rare, sont visibles au niveau de son cou qui, a manqué de justesse, de se briser.

Le prélat saigne abondamment. Il s'évanouit et perd connaissance. La panique s'installe. La famille est déjà informée, et est sur les traces du prêtre finalement évacué vers l'hôpital central de Yaoundé.

Mais depuis hier, nous apprend-on, l'homme d'église vomit du sang, et est dans un état presque comateux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.