Cameroun: Relaxes sélectives de Biya - Choix qui ne participe pas suffisamment au retour définitif de la paix

5 Octobre 2019
document

Espérons que la fin des poursuites judiciaires décrétée ce vendredi 04 octobre à 2019 par le président Biya pour "certains responsables et militants du MRC, après celle du jeudi 03 octobre 2019 pour 333 détenus d'opinion anglophones ( puis la première des 289 libérés le jeudi 13 décembre 2018) - participe de la réelle volonté de son régime répressif d'œuvrer en faveur d'un retour définitif à la paix au Cameroun, à travers notamment le dialogue inclusif que nous appelons toujours de nos vœux.

Il s'agit incontestablement d'un bon petit pas dans la bonne direction, en attendant la libération de tous les prisonniers politiques camerounais, anglophones et francophones confondus.

C'est le prix de la réconciliation nationale au Cameroun.

Nous continuerons en effet d'exprimer notre réserve sur ces relaxes sélectives en exigeant la libération inconditionnelle et immédiate de tous les activistes anglophones séquestrés dans les geôles de la dictature de Yaoundé à la suite du vaste mouvement de désobéissance civile observé dans les deux régions anglophones du Cameroun depuis le 11 octobre 2016 ; ainsi que celle de tous les autres prisonniers politiques: aussi bien ceux du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun du Pr. Maurice Kamto, que les anciens dignitaires du régimes maintenus en détention arbitraire en violation des avis de l'ONU et de l'Union Africaine (UA).

Conformément aux critères objectifs édictés par notre organisation (http://www.cl2p.org/presentation/), toutes ces personnes sont des prisonniers d'opinion .

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.