Cote d'Ivoire: Production du maraîcher - Le noyau d'experts nationaux se renforce

Dans le cadre de la mise en œuvre du volet maraîcher du Projet d'appui au développement des filières manioc et maraîchers en Côte d'Ivoire (Pro2m), une centaine de personnes se spécialisent dans la formation et l'encadrement des acteurs.

Initié par le Fonds interprofessionnel pour le conseil et la recherche agricole (Firca) en sa qualité d'agent d'exécution du Pro2m, le séminaire se déroule sur quatre semaines, selon Lorgn Jean Paul, coordonnateur du Pro2m.

«L'objectif de la formation est de renforcer les capacités d'un noyau d'experts nationaux dans le domaine de la production maraîchère pour assurer, de manière durable, le développement du secteur.

De façon spécifique, il s'agira de former une centaine d'experts issus des structures de développement et d'appui-conseil publics et privés et des jeunes agronomes diplômés voulant s'impliquer dans ce domaine de conseil.

De procéder, après ce cycle de formation, à l'évaluation du processus mis en place intégrant les experts formés et les techniciens de base formés par ces derniers.

Cette évaluation permettra de tirer les leçons pour une application à d'autres filières en déficit de compétences. Elle permettra aussi d'ajuster le plan de formation continue ou de recyclage », a-t-il expliqué.

Le séminaire, qui se déroule du 9 septembre au 8 novembre à Yamoussoukro, portera notamment sur la connaissance des différentes plantes et les itinéraires techniques de production, l'alimentation des plantes et la fertilisation des sols, la mécanisation et l'irrigation, la reconnaissance des maladies et des ravageurs et le traitement phytosanitaire adapté, la sécurité sanitaire des produits maraîchers, les activités post-récolte, le stockage et le conditionnement des produits maraîchers, la gestion de l'information économique et la connaissance des marchés. «Dans le contexte actuel, un accent particulier sera mis sur la reconnaissance et le traitement phytosanitaire des maladies et des ravageurs des cultures maraîchères », soulignent les organisateurs.

Les cent apprenants sont répartis en groupes de 25. Chaque groupe participera aux quatre ateliers de formation animés par des experts et bénéficiera de 35 jours de formation répartis en quatre phases, afin de leur permettre de mener leurs activités professionnelles, selon Gondo Emmanuel, coordonnateur adjoint du Pro2m. En outre, un plan de suivi post-formation sera établi et mis en œuvre en vue d'évaluer les acquis et connaissances des apprenants.

Le maraîchage est une activité importante du fait des revenus. En 2009, la Côte d'Ivoire produisait entre 400 000 et 500 000 tonnes de légumes. Mais pour couvrir la demande intérieure en légumes, plus de 100 000 tonnes de produits maraîchers ont été importées d'Europe dont 72 000 t d'oignon et 25 000 t de pomme de terre, selon l'étude de la stratégie de développement des cultures vivrières en 2014.

La production nationale couvre moins de 60 % des besoins et se caractérise par une offre saisonnière. Cette situation est aggravée par la forte croissance démographique du pays estimée à plus de 3,3 %, et la forte urbanisation des populations. Néanmoins, le maraîchage est un secteur en progression et fournit de nombreux emplois en zones rurales et périurbaines ainsi qu'en ville (commercialisation).

Plusieurs facteurs expliquent les faibles performances de la filière. L'un des handicaps majeurs est le faible nombre d'experts en cultures maraîchères. La formation initiée dans le cadre du Pro2m vise notamment à constituer un pool d'experts ivoiriens reconnus, organisés en réseau et bien connectés aux structures de recherche, afin qu'ils puissent former les agents de terrain des différentes structures d'appui-conseil intervenant au niveau des paysans pour la production maraîchère.

Le Pro2m est issu du Programme d'appui au secteur vivrier (Pasv) et financé sur le 11e Fed, à travers le contrat de subvention n° FED/2017/390-441. Son objectif général est de contribuer à la sécurité alimentaire et à la création d'emplois par la promotion d'une production vivrière (autre que le riz) de qualité, moderne, durable, résiliente aux changements climatiques et par une commercialisation fiable et équitable, permettant l'approvisionnement régulier des marchés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.