Congo-Brazzaville: Ligue de badminton de Brazzaville - Le président réclame le matériel stocké dans les gymnases

La structure multiplie des stratégies pour gagner le pari de la vulgarisation de la discipline. Seulement, le manque de matériel pose problèmes.

Dans un entretien accordé au quotidien "Les Dépêches de Brazzaville", Louis Moumbounou, président de la ligue de badmiton Brazzaville, a souhaité que le matériel stocké au lycée de la Révolution, après les onzièmes Jeux africains de Brazzaville en 2015, soit remis aux bénéficiaires , c'est-à-dire aux fédérations sportives nationales.

« Pendant les Jeux africains, nous avons reçu du matériel qui est stocké au lycée de la Révolution, parce que nos compétitions (badminton, tennis de table) se déroulaient au gymnase Etienne-Monga. Depuis la fin de ces jeux, ce matériel y est toujours stocké. Nous avons écrit au ministère de l'Enseignement dans le but de le récupérer. Il nous a répondu qu'il ne peut pas donner ce matériel aux fédérations », a expliqué le président de la ligue de badmiton de Brazzaville.

L'autre difficulté révélée par Louis Moumbounou est l'accès dans les gymnases construits à la faveur des Jeux africains. Selon lui, le badminton est un sport qui se pratique dans les salles. Malheureusement au Congo, c'est le contraire qui se produit.

« L'Etat les a pourtant construits à la faveur des Jeux africains. Mais quand nous écrivons pour solliciter leur utilisation pour nos séances d'entraînement, on nous répond que nous devons tracer les courts dans les parkings des gymnases », a-t-il regretté, précisant que pour permettre aux joueurs de s'entraîner, la ligue est contrainte d'utiliser les locaux de l'Ecole nationale d'administration et de magistrature.

Avec les moyens du bord, la ligue, a expliqué son président, a initié un programme de badminton à l'école pour gagner le pari de la multiplication des clubs dans les arrondissements. Cette discipline, a-t-il expliqué, est un sport qui se pratique dans les écoles, avant de témoigner que c'est une épreuve au baccalauréat dans d'autres pays.

« Notre ambition est de faire que nous ayons des clubs dans les arrondissements, les écoles, pour que nous puissions un jour organiser un grand championnat départemental », a souligné Louis Moumbounou. Il a laissé entendre que dans un premier temps, seules les écoles phares ont été sélectionnées pour ce programme ambitieux qui a pris corps grâce au matériel fourni par la Fédération africaine de badminton. « D'ici à un an, ces jeunes que nous formons pourraient être à la hauteur », a-t-il annoncé.

Louis Moumbounou a rendu hommage à la Chine qui, grâce à ses différentes bourses, contribue dans la formation des joueurs congolais.

« On a eu trois à quatre vagues des joueurs qui étaient en Chine. Même cette année, nous avons eu deux autres qui sont allés dans ce pays pour approfondir leurs connaissances en badminton », a-t-il reconnu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.