Congo-Kinshasa: Eglise catholique romaine - Le pays a son nouveau cardinal

Photo: Vatican news
Mgr Fridolin Ambongo

Créé cardinal le 5 octobre par le pape François lors du consistoire tenu en la basilique Saint-Pierre, à Rome, l'archevêque métropolitain de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo (59 ans), remplace à cette dignité ecclésiale le cardinal Monsengwo, désormais retraité. Il devient ainsi le quatrième cardinal de l'histoire de l'Eglise catholique romaine dans le pays.

Journée mémorable que celle du 5 octobre qui a vu la République démocratique du Congo (RDC) saluer la création, depuis Rome, en Italie, de Mgr Fridolin Ambongo comme cardinal. Quatrième personnalité de l'histoire de l'Eglise catholique romaine dans le pays à accéder à cette haute fonction, l'archevêque de Kinshasa était compté parmi les treize nouveaux cardinaux qui ont reçu, le même jour, la barrette des mains du pape François lors du consistoire en la basilique Saint-Pierre. Une cérémonie lourde de sens pour la RDC qui a tout intérêt à considérer le choix porté par le Saint-Père sur un de ses dignes fils comme une marque de reconnaissance et de gratitude.

L'archevêque métropolitain de Kinshasa sait désormais ce qui l'attend, lui qui mesure parfaitement bien la portée de sa nouvelle mission. « La charge de la responsabilité me renvoie à ma propre petitesse, mais en même temps m'ouvre à la lourde responsabilité qui m'attend. Pour moi, c'est une journée très importante pour laquelle je demande à tout le monde, tous ceux qui me connaissent, de me porter dans leur prière », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Radio Vatican, quelques heures avant sa création.

Agé de 59 ans, celui qui était jusque-là archevêque coadjuteur de l'Archidiocèse de Kinshasa n'entend pas se détourner de son sacerdoce, celle de défendre, envers et contre tout, la cause du peuple. Et, d'ailleurs, son franc-parler et son engagement inlassable aux côtés du peuple procèdent de sa vocation ministérielle circonscrite autour des valeurs de l'unité, de la justice et de la solidarité.

Il veillera, sous sa mandature, à ce que l'église catholique de la RDC demeure fidèle à sa vocation de servir le peuple en se mettant à ses côtés. Une particularité de cette église qu'il veut promouvoir en tant qu'apport à l'Eglise universelle. « C'est une Eglise qui a toujours pris partie depuis très longtemps, pas seulement avec nous aujourd'hui. C'est devenu une tradition d'une Eglise qui s'est toujours mise du côté du peuple. Cette façon de servir le peuple a été confirmée par l'orientation du pape François d'aujourd'hui », a-t-il expliqué dans cette interview, précisant que sa mission s'articule autour du peuple. « Arrivé à Kinshasa comme pasteur, j'ai compris que mon premier rôle, c'est de créer la communion, aider le peuple à se retrouver autour des valeurs, pas de fausses communions, mais une communion autour des valeurs et la valeur suprême que devrais unir le peuple et toute la classe politique, c'est l'intérêt supérieur du peuple. C'est dans cette perspective que je vais continuer mon ministère », a assuré le nouveau cardinal.

Il est à noter que la cérémonie de création du cardinal Fridolin Ambongo aura mis un bémol aux querelles politiciennes eu égard à la présence à Rome, au-delà des clivages, d'une belle brochette des personnalités tant politiques que de la société civile. L'instant, pour les uns et les autres, d'afficher un moment d'unité.

L'homme et son parcours

Fridolin Ambongo est originaire de Boto, dans l'ex-province de l'Équateur. C'est dans le diocèse de Molegbe, territoire de Kungu, dans cette province, qu'il a commencé à affûter sa vocation sacerdotale. Après des études primaires et secondaires au petit séminaire de Bwamanda, il s'est inscrit à l'Ordre des frères mineurs de la congrégation des Capucins, en 1980. Ensuite, il va suivre une formation philosophique et théologique qu'il termine avec brio avant d'être ordonné prêtre en 1988. En 1991, il achève sa licence en théologie morale avec grande distinction aux facultés catholiques de Kinshasa.

Docteur en théologie morale à l'académie pontificale de Rome (Italie), Fridolin Ambongo va alors gravir les échelons jusqu'à devenir supérieur des Capucins en Afrique de l'ouest. Nommé évêque de Bokungu-Ikela en 2004 et plusieurs fois administrateur apostolique, il deviendra archevêque de Mbandaka-Bikoro, le 12 novembre 2016. Le 6 février 2019, il est nommé archevêque coadjuteur de l'Archidiocèse de Kinshasa. Bien avant cette promotion, il était vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.