Congo-Brazzaville: Le CDR annonce le renouvellement de ses instances

La formation politique a inauguré son nouveau siège national, le 4 octobre à Brazzaville, saisissant cette occasion pour décliner ses défis majeurs à l'heure actuelle.

Membre de la Convention des partis républicains, le Congrès pour la démocratie et la République (CDR) de Bonaventure Boudzika entend renouveler ses instances dirigeantes à l'issue du Conseil national qui se tiendra sous peu. En effet, cette rencontre ouvrira la porte aux préparatifs du premier congrès du CDR et à la restructuration des fédérations à l'échelon national. « Toutes les forces vives du CDR sont appelées, chacune selon son champ d'action et ses compétences, à tout mettre en œuvre pour l'aboutissement heureux de ces événements qui, à coup sûr, seront des moments décisifs dans la marche de notre parti», a exhorté le premier vice-président du CDR, Hervé Ika.

Un nouveau siège pour le parti

L'article 11 de la loi organique n°20-2017 du 12 mai 2017 relative aux conditions de création, d'existence et aux modalités de financement des partis politiques fait obligation à ceux-ci de disposer, outre le siège national, des sièges permanents et des membres dans tous les départements. C'est en voulant se conformer à cette loi que le CDR vient de se doter d'un nouveau siège, érigé en face de la cité scientifique de Brazzaville, notamment sur l'avenue Gascogne au quartier Ngangouoni/Château d'eau, dans le premier arrondissement Makélékélé. La structure comprend, entre autres, quatre bureaux permanents ; une salle de conférences ; une salle VIP et un espace de grandes réunions.

« Le CDR est un parti républicain. Un parti républicain en principe devrait respecter les lois et règlements de la République. Ce n'est pas le siège qui fait un parti, mais un parti sans siège n'en est pas un. C'est pourquoi, nous avons doté notre parti d'un cadre idéal de travail, pour mieux travailler et mieux réfléchir. Nous pensons que c'est une exigence de la loi sur les partis politiques, donc il fallait s'arrimer coûte que coûte », a expliqué Bonaventure Boudzika.

Selon lui, cette dynamique qui vient de commencer à Brazzaville se poursuivra sur l'ensemble du territoire national. Dans chaque département, un parti doit, a-t-il reconnu, être doté d'un siège. Mais pour y arriver, des sacrifices sont à consentir à travers des cotisations des membres. Le but étant de doter les cadres et militants d'un espace idéal leur permettant de mieux travailler pour des futures batailles politiques.

« Cette dynamique va se poursuivre justement. Aujourd'hui, nous avons reçu les présidents fédéraux de Pointe-Noire, des Plateaux et de la Sangha qui nous ont apporté les exigences du ministère de l'Intérieur. Donc, nous pensons que c'est une dynamique qui a commencé en miniature à l'intérieur et va se poursuivre dans tous les départements, ce n'est que comme cela que nous allons respecter la loi », a conclu le député de Makélékélé 3, précisant que la salle peut s'ouvrir à d'autres partis qui n'ont pas encore rempli les conditions.

Créé le 4 avril 2007, le CDR veut s'imposer comme une « véritable alternative » dans le projet national de consolidation de la démocratie au Congo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.