Rwanda: Paul Kagame est à Bonn pour séduire des investisseurs

Mais si le Rwanda s'efforce de soigner son image, les récents assassinats et disparitions de membres de l'opposition continuent de nuire à l'image de Paul Kagame.

La journée du Rwanda se tient en présence de représentants d'entreprises rwandaises du secteur des services financiers, de l'immobilier ou du tourisme.

Le président Paul Kagame, qui doit y prononcer un discours, veut séduire de potentiels investisseurs allemands. Mais il souhaite avant tout s'adresser à la diaspora rwandaise afin de la convaincre que leur pays est sur la bonne voie.

"La Journée du Rwanda est l'occasion de rencontrer notre communauté, notre gouvernement, mais aussi des hommes d'affaires qui sont basés en Europe. Nous rencontrons donc toutes ces personnes, puis nous examinons ce que l'Europe peut faire pour le Rwanda", explique Vedaste Musoni, président de la communauté rwandaise en Allemagne.

Selon la Banque centrale du Rwanda, la diaspora rwandaise a rapatrié 181,9 millions de dollars (165,7 millions d'euros) entre 2016 et 2017 sous forme de transferts de fonds et investissements dans l'immobilier.

Ce chiffre représente une augmentation de 17% par rapport à 2015 et témoigne d'une meilleure confiance des exilés rwandais dans la croissance économique du pays.

Le Rwanda aurait falsifié les chiffres réels sur la pauvrété

Néanmoins, une enquête récente du Financial Times accuse le pouvoir rwandais d'avoir manipulé le taux réel de pauvreté du pays. Une publication dont les conclusions sont démenties par Kigali.

En dépit des efforts de Paul Kagame, une partie de la diaspora ne lui est pas acquise. Réné Mugenzi est un militant des droits humains qui vit au Royaume-Uni. Celui-ci reste sceptique sur l'objectif de cette journée du Rwanda.

"Les événements de la journée du Rwanda sont très politisés parce qu'ils sont organisés pour rassembler des partisans du régime en Europe et en Afrique. C'est l'événement qu'ils utilisent pour identifier qui est leur partisan et qui ne l'est pas."

Kagame accusé de réprimer l'opposition et les médias du pays qui ne lui sont pas favorables

Le 23 septembre, Sylidio Dusabumuremyi, coordinateur national du parti d'opposition FDU-Inkingi, a été poignardé à mort et les membres de son parti ont dénoncé un meurtre à motivation politique.

Depuis un an, c'est le quatrième meurtre ou disparition d'un proche de l'opposante Victoire Ingabire, libérée de prison en septembre 2018.

Récemment, le gouvernement sud-africain a demandé l'extradition de deux Rwandais recherchés pour le meurtre de Patrick Karegeya, l'ancien chef des services de renseignement du Rwanda, retrouvé étranglé en 2014 dans un hôtel de Johannesburg.

Les défenseurs des droits de l'homme espèrent que l'Allemagne exercera plus de pression sur le Rwanda, notamment par le biais de l'aide au développement. Mais aucune rencontre officielle n'a été prévue avec le gouvernement allemand à l'occasion de la visite de Paul Kagame.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.