Burkina Faso: Marathon Paalga du grand Ouaga - Les inscriptions ouvertes jusqu'au 23 novembre

Au marathon Paalga du Grand-Ouaga, qui renaît des cendres de celui Ouaga-Laye, les premiers inscrits se nomment Edouard Ouédraogo et Armand Pierre Béouindé, respectivement directeur de publication de L'Observateur Paalga et maire de la commune de Ouagadougou.

Cette inscription symbolique a eu lieu au cours d'une sobre et sympathique cérémonie tenue dans les locaux du journal le 4 octobre 2019.

Désormais donc, les athlètes qui désirent prendre part à cette course, qui aura lieu le 7 décembre prochain, peuvent s'inscrire aux secrétariats de L'Observateur Paalga et de la Fédération burkinabè d'athlétisme ainsi qu'au stade Issoufou-Joseph-Conombo, où se trouve la Direction générale des sports et des loisirs de la mairie et ce, jusqu'au 23 novembre.

Jadis le peloton s'élançait en direction de la commune de Laye située au nord de la capitale, Ouaga. Et puis, plus rien !

Fort heureusement, il y a de cela un mois environ, une signature de convention avec la commune de Ouaga a permis la renaissance du marathon Ouaga-Laye, qui a connu de beaux jours sous une autre dénomination : Marathon Paalga du Grand Ouaga.

Et de cela le directeur de publication, Edouard Ouédraogo, en est reconnaissant à la commune. « Merci de vous être associé à la renaissance du Marathon Paalga du Grand-Ouaga », a-t-il signifié au maire de la commune lors de la cérémonie de lancement officiel des inscriptions.

L'attente des signaux forts après l'annonce de la renaissance du marathon n'a duré qu'un mois peut-être. Ce week-end, le comité d'organisation du marathon, qui se courra le 7 décembre dans les artères de la capitale, a fait un grand bond avec l'ouverture officielle des inscriptions.

« C'est un point de départ irréversible qui montre que le marathon aura bel et bien lieu. Nous venons de montrer notre volonté forte d'aller vers la renaissance du marathon Ouaga-Laye à l'époque qui est devenu le Marathon Paalga du Grand-Ouaga.

Certains étaient encore dubitatifs... », a dit le maire de la commune de Ouaga. En effet, à deux mois de la compétition, cette activité marque véritablement la mise en route de la machine. Désormais, les athlètes ont une quarantaine de jours (du 7 octobre au 23 novembre) pour s'inscrire.

Les lieux où s'inscrire et les conditions de participation sont précisés par le président du comité d'organisation du Marathon Paalga du Grand-Ouaga, Ousséni Ilboudo : « Le marathon est mixte, et ceux qui veulent y prendre part doivent être sûrs de leur santé physique et mentale, de leur capacité athlétique et âgés d'au moins 18 ans.

Ils peuvent le faire aux secrétariats de L'Observateur Paalga et de la Fédération burkinabè d'athlétisme ainsi qu'au stade Issoufou-Joseph-Conombo, munis de leurs pièces d'identité », a-t-il dit.

Par ailleurs, le comité s'active à apprêter un site sur lequel les inscriptions pourront se faire en ligne dans les jours à venir. En outre, il expédiera des invitations dans de brefs délais dans les pays voisins pour y convier des athlètes.

Les initiateurs du Marathon Paalga du Grand-Ouaga affichent déjà de grandes ambitions. « Nous voulons que cette première édition soit de bonne facture.

Aujourd'hui l'acte premier, c'est-à-dire l'ouverture des inscriptions, a été posé, et ce qu'il nous reste à faire, c'est la promotion de notre évènement pour que le maximum de personnes puissent en être informées et qu'il devienne un évènement sportif de référence pour notre capitale », a indiqué Pierre Armand Béouindé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.