Cameroun: Crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest - 333 personnes en liberté

En application de la décision du chef de l'Etat prise jeudi dernier, il y a eu des audiences spéciales dans les tribunaux militaires de Yaoundé, Douala, Bafoussam, Buea, Bamenda et Ebolowa.

Il s'agissait pour le ministère de la Défense via le commissaire du gouvernement, de requérir l'arrêt des poursuites judiciaires contre ces personnes interpellées dans le cadre de la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

La mesure prescrite par le président Paul Biya bénéficie à 333 compatriotes qui étaient interpellés et gardés en détention depuis plusieurs mois, après des agissements sur le théâtre des événements malheureux dans ces deux régions.

Elle s'inspire des dispositions de l'article 13 alinéa 4 de la loi portant Code de justice militaire. On y lit que « sur prescription du président de la République, le ministre chargé de la justice militaire peut arrêter à tout moment, avant le prononcé du jugement, toute poursuite pénale devant le tribunal militaire ».

Par ailleurs, d'après les explications du colonel Didier Sipa Dongmo, directeur de la justice militaire au ministère de la Défense, cette mesure spéciale du président de la République, au-delà de sa légalité consacrée, vise essentiellement l'apaisement du climat social.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.