Algérie: Un journaliste arrêté et une équipe de télévision suspendue

Photo: APS
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a convoqué dimanche le corps électoral pour l'élection présidentielle dont la date a été fixée pour le 12 décembre 2019.
communiqué de presse

Sofiane Merakchi, journaliste correspondant pour la chaîne libanaise Al-Mayadeen à Alger, a été arrêté le 22 septembre par la gendarmerie lors d'une perquisition au sein des locaux du média. Il serait soupçonné de louer, sans autorisation, ses équipements à d'autres chaînes de télévision pour des diffusions en direct. Il aurait également été arrêté pour "incitation à attroupement", après avoir diffusé des images des importants mouvements sociaux qui ont secoué la capitale. Le journaliste est détenu depuis le 22 septembre, sans avoir pu contacter sa famille.

Les autorités ont également exigé l'arrêt du tournage de l'équipe de télévision Al Araby le temps d'examiner leur dossier d'accréditation. Leur reportage portait sur les manifestations du mouvement populaire en Algérie et devait contenir des images des banderoles et slogans contre l'armée.

Le même jour, les autorités algériennes ont enfin demandé à plusieurs équipes de télévision telles qu'Al-Jazeera, France 24 ou Russia Today de suspendre leur tournage, en prétextant l'absence de licence leur permettant de filmer, enregistrer et radiodiffuser.

De nouvelles vagues de manifestations ont commencé vendredi 20 septembre, suite à l'arrestation de plusieurs leaders de la contestation du pouvoir. Depuis l'arrestation de Sofiane Merakchi et les interruptions de tournage de télévision, aucune communication officielle n'a permis d'éclaircir la situation.

Le secrétaire général de la FIJ Anthony Bellanger a déclaré: "L'arrestation du journaliste Sofiane Merakchi et les suspensions de tournage imposées à plusieurs médias sont de réelles entraves à la liberté de la presse. Les médias algériens doivent pouvoir couvrir les évènements qui ont lieu dans leur pays, tout comme les médias internationaux doivent pouvoir rendre compte de ces faits à l'étranger. Nous condamnons fermement ces actes liberticides et demandons aux autorités algériennes de libérer Sofiane Merakchi et de laisser les journalistes exercer leur métier en toute liberté."

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IFJ

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.