Sénégal: Plénière sur l'affaire des 94 milliards FCFA - La sociologue Fatou Sow Sarr met en garde le régime

Invitée de l'émission Objection de la radio Sud Fm (privée) hier, dimanche 6 octobre, la chercheuse et sociologue Fatou Sow Sarr a exprimé sa crainte de voir le Sénégal de nouveau secoué par un dossier politico-judiciaire avec la plénière de l'Assemblée nationale sur l'affaire des 94 milliards Fcfa prévue pour le vendredi 11 octobre prochain.

Sour ce rapport, elle met en garde le régime en place contre les risques de conflits qui pourraient découler de la tentative de museler Ousmane Sonko qui, selon elle, incarne la vision d'une jeunesse sénégalaise.

Alors que la plénière de l'Assemblée nationale sur le rapport de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire des 94 milliards F Cfa est fixée pour le vendredi 11 octobre prochain, la chercheuse et sociologue Fatou Sow Sarr est montée hier, dimanche 6 octobre, au créneau pour mettre en garde les tenants du pouvoir contre toute tentative de liquidation du leader de Pastef.

Invitée de l'émission Objection de la radio Sud Fm (privée), la directrice du Laboratoire Genre et recherche scientifique a exprimé sa crainte d'entendre certains acteurs politiques proches du président Macky Sall exprimer à visage découvert leur volonté de liquider le leader de Pastef/Les patriotes Ousmane Sonko.

Face à notre confrère Baye Oumar Guèye, Fatou Sow Sarr s'alarme de voir le vent de dégel qui souffle au-dessus du ciel sénégalais depuis l'inauguration de la mosquée «Massalikoul Djinaane» (chemin du paradis) avec à la clé les retrouvailles de l'actuel chef d'Etat, Macky Sall et son prédécesseur, Me Abdoulaye Wade, et la libération par grâce présidentielle de l'ancien maire de Dakar, être plombé par les conséquences de cette plénière.

«À entendre parler les acteurs politiques, il y a une volonté manifeste d'un certain nombre de personnes autour du Président Macky Sall qui veulent liquider Sonko.

C'est eux-mêmes qui le disent dans la presse et dans certaines émissions, sous prétexte qu'un fonctionnaire radié ne peut pas être candidat à l'élection présidentielle», a martelé la chercheuse et sociologue.

Poursuivant son propos, Fatou Sow Sarr soulignant que «Sonko est l'émanation d'une catégorie sociale, notamment des jeunes sénégalais qui ont leur vision» invite le pouvoir à le laisser faire son chemin. Car, prévient-elle «essayer de l'enfermer ou de le museler, risque de produire l'effet contraire».

«On ne peut pas continuer à fabriquer des lois contre une personne. C'est comme ça qu'on a perçu la situation de Karim Wade et de Khalifa Sall. Il ne faudrait pas que Sonko fasse l'objet d'un procès de plus.

Il incarne la vision d'une jeunesse sénégalaise, je crois qu'il faut le laisser faire son chemin, c'est cela la démocratie», ajoute encore l'invité du jour de l'émission Objection avant d'inviter la justice sénégalaise à se saisir de cette affaire des 94 milliards.

«C'est une question qui peut être tranchée par la justice qu'autre chose. Parce que les Sénégalais vont percevoir l'Assemblée comme étant une Assemblée partisane parce que composée majoritairement par des gens qui sont propres au gouvernement et donc contre Sonko ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.