Libye: Ghassan Salamé - La présence des milices en Libye sape le travail du GNA

Londres — L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé a qualifié la présence des milices en Libye de problème endémique sapant le travail du gouvernement d'union nationale (GNA), affirmant que l'ONU œuvre à protéger l'Etat des manœuvres des militaires où le citoyen est la seule victime.

Dans un entretien accordé au quotidien britannique "Middle East", publié dimanche, M. Salamé a indiqué "avoir proposé une série de solutions pour les nombreux problèmes derrière le conflit en Libye, à l'instar de la présence de troupes armées", ajoutant que "les belligérants devaient débattre de ces propositions lors d'une rencontre nationale prévue une dizaine de jours avant la déclaration de la guerre contre Tripoli à Ghadamès au Sud du pays".

Six (6) mois après la déclaration de l'offensive militaire, sous la direction du maréchal Khalifa Haftar, contre Tripoli où se trouve le siège du GNA reconnu au plan international, une sorte de gel militaire règne dans la région, d'autant que les fronts aux combats n'ont connu aucun changement à l'exception du retour des forces du GNA pour s'emparer du contrôle de la ville de Gharian.

Au plan international, "il y a dès lors une plus grande conviction chez la plus part des pays concernés par la cause libyen que la solution militaire est impossible", a soutenu l'envoyé spécial de l'ONU, réaffirmant que "la solution politique est le seul remède pour mettre un terme au combat et finir avec la crise qui perdure depuis les années 80".

Rappelant que les efforts de l'ONU en concertation avec les belligérants et les partenaires internationaux sont axés sur cette optique, M. Salamé a indiqué que "le pire maintenant est de voir le ciel libyen se transformer en scène de guerre entre les pays en rivalité assistés par leurs alliés à l'intérieur de la Libye".

A une question sur la relance du processus politique et la position de Khalifa Haftar face à la poursuite du dialogue alors que les milices sont toujours en place, M. Salamé a fait savoir que "l'affaire des milices n'est pas née de la dernière pluie, sa présence a sapé le travail du GNA, et toute solution doit passer par le traitement de cette affaire quel qu'en soit la méthode".

"Il y a une forte volonté pour unifier les institutions militaires et l'Armée, nous avions exprimé notre soutien aux négociations du Caire à ce propos, de même que nous avions salué les efforts consentis par le ministère de l'Intérieur à Tripoli pour promouvoir la coordination entre les institutions militaires, et renforcer le rôle des dispositifs sécuritaires sur tout le territoire national".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.