Cameroun: Une concertation qui tarde à arriver

Entre libération d'opposants et recommandations sur la décentralisation, le dialogue national s'est achevé au Cameroun alors que les militants des régions anglophones peinent toujours à parler d'une même voix.

Des opposants politiques dont Maurice Kamto ont recouvré la liberté depuis ce week-end à Yaoundé après environ neuf mois de détention. Une décision du président Paul Biya visant à sortir le pays des crises multiples qu'il traverse. Outre ces libérations, le dialogue national initié par les autorités a abouti à des recommandations sur la décentralisation, et non le fédéralisme en milieu anglophone, comme le souhaitaient certains.

Côté anglophone il y a en effet plusieurs courants et les revendications ne sont pas les mêmes. Il y a ceux qui réclament le fédéralisme et d'autres qui voudraient, par exemple, une indépendance totale des régions anglophones.

Les mesures proposées lors du dialogue national, la libération des détenus ou l'adoption d'un statut spécial en milieu anglophone, laissent beaucoup sceptiques. Pour Elie Smith, journaliste et membre de "All Anglophone Conference", en dépit des divergences, les anglophones militent tous pour la même cause. Il estime que "la seule chose qui a fait croire aux gens que les anglophones ne parlent pas de la même voix, c'est que le gouvernement n'a jamais accepté que la "anglophone general conference" que le cardinal Tumi avait initié ait lieu. Le but était que les anglophones s'unissent pour avoir une même position et la présenter lors du dialogue national."

Un statut spécial à préciser

L'entente entre anglophones séparatistes et indépendantistes reste un élément important également aux yeux d'autres acteurs de la vie socio-politique au Cameroun. L'avocat et défenseur des droits humains Félix Agbor Balla estime par exemple que l'avis de tous doit compter.

Au sujet du statut spécial pour les régions anglophones il se montre sceptique : "Cela dépend de ce qu'ils vont mettre dans ce statut spécial", estime-t-il. "Est-ce qu'on peut avoir notre autonomie ? Il faudra quand même faire un amendement de la Constitution."

Les résolutions du dialogue national n'impliquent aucune modification de la Constitution. Au Cameroun, la décentralisation est déjà inscrite dans la Constitution de 1996 mais elle n'a jamais vraiment été mise en œuvre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.