Bénin: Dialogue politique - Le gouvernement en précise les contours

Photo: Le Pays
Photo d'illustration - Patrice Talon à la rencontre des partis politiques

Au Bénin, le président Patrice Talon convie neuf partis politiques pour un dialogue politique de trois jours à partir du 10 octobre mais à la condition qu'ils soient en règle avec la nouvelle charte des mouvements politiques.

Au Bénin, le chef de l'État convoque « un dialogue politique » de trois jours à partir du 10 octobre qui fait suite à la violente crise post-législatives du 28 avril, où toute l'opposition avait été exclue du scrutin.

Patrice Talon y invite neuf formations politiques, uniquement celles en règle avec la nouvelle charte des partis. Les Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE) de l'ancien président Boni Yayi en font partie, mais pas le parti de l'homme d'affaires Sébastien Ajavon, condamné par contumace.

L'opposition, qui a été invitée, formule plusieurs exigences avant toute participation. Le 7 octobre, devant la presse, le ministre de Communication et porte-parole du gouvernement a précisé le cadre, l'esprit et le contenu du dialogue. Pour maître Alain Orounla, il ne s'agit pas du tout d'une conférence nationale.

« Ce genre de situation invite à une discussion de toutes les composantes de la nation pour trouver une sortie de crise », a-t-il déclaré en martelant que l'exercice auquel le gouvernement et son chef convient la classe politique était bien « un dialogue politique pour résoudre des problèmes politiques ».

Ce dialogue politique « ne postule pas que tout le monde s'y invite. La politique n'est pas l'affaire de la société civile et du clergé. La politique et les réajustements politiques, c'est l'affaire des politiques ».

...sociétales, donc qui touchent à l'organisation générale de la société, aux orientations que l'on veut lui donner. Le Dialogue politique, c'est le type d'assises au cours desquelles on discute de questions spécifiques touchant au domaine politique, avec les acteurs politiques".

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs précisé que le gouvernement n'avait pas « trié » les invités, mais invité les formations politiques qui « avaient l'effort de se mettre à jour ». « Toutes les formations qui se sont déjà conformées et même celles qui n'ont pas pu l'avoir, mais qui ont fait la démarche d'avoir un dossier à jour ont été invitées », a-t-il rappelé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.