Afrique de l'Ouest: UEMOA - Des réflexions pour améliorer la libre circulation

Le président de la Commission de l'UEMOA, Abdallah Boureima, a indiqué que l'insécurité grandissante au sein de l'espace constitue un défi majeur pour la consolidation du processus de l'intégration.

Dans le cadre de son 25e anniversaire, l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) organise, du 7 au 8 octobre 2019 à Ouagadougou, un forum scientifique afin de réfléchir à la problématique de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé.

La question de l'intégration au sein de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) préoccupe ses Etats membres. Dans ce sens, il se tient à Ouagadougou, du 7 au 8 Octobre 2019, un forum scientifique de haut niveau en vue d'approfondir les réflexions sur le sujet.

Ce forum qui se tient en marge du 25e anniversaire de l'Union est placé sur le thème : « UEMOA, 25 ans : ensemble relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé ».

Cette rencontre, a indiqué le président de la Commission, Abdallah Boureima, offre une occasion de questionner les pratiques face à la problématique de la libre circulation des personnes et des biens.

Selon lui, l'UEMOA constitue un espace d'intégration réussi en Afrique, mais tout de même, l'Union reste confrontée à des difficultés qui plombent le niveau d'intégration entre ses Etats membres.

Au nombre des avancées majeures réalisées, en terme de libre circulation des personnes et des biens, il a cité, entre autres, l'adoption de la directive relative à la mobilité des étudiants dans l'espace, les directives portant sur la circulation et le libre établissement des professionnels et l'institutionnalisation d'un visa unique UEMOA, avec l'adoption d'un acte additionnel dans le domaine de la circulation et du séjour des personnes non ressortissantes de l'Union, etc.

« Ces initiatives témoignent de la volonté de nos Etats membres de concrétiser la forte aspiration de construire un espace uni en progrès continu pour le bien-être de ses populations », a déclaré Abdallah Boureima.

Toutefois, a-t-il relevé, il subsiste encore des obstacles qui font régresser le niveau des échanges intracommunautaires et certains textes sur le droit d'établissement ne sont pas pleinement appliqués par les Etats.

D'où, à son avis, l'intérêt de ce forum qui permettra de réexaminer les défis majeurs inhérents à la libre circulation des personnes et des biens et qui se posent au sein de l'espace communautaire. Quelles sont les causes profondes du faible taux des échanges intercommunautaires?

Comment concilier le principe de la libre circulation des personnes et des biens avec l'impératif sécuritaire ?

Faire de l'intégration régionale, une réalité

Les experts venus d'horizons divers vont passer au peigne fin les enjeux et les défis liés à la libre circulation des personnes dans les pays membres de l'Union.

Comment renforcer l'Union de sorte à pouvoir assurer l'application des dispositions communautaires sur la libre circulation ? Telles sont, entre autres, les interrogations sur lesquelles les experts, venus d'horizons divers échangeront pendant le forum, à travers des panels.

Le directeur exécutif de l'Institut des futurs Africains, Dr Alioun Sall, lors la conférence inaugurale sur le thème « Enjeux de l'intégration et perspectives de l'Afrique en général et de l'Afrique de l'Ouest en particulier », a fait savoir que l'idéal d'intégration économique a été une constante dans les discours et les engagements politiques depuis les indépendances des pays africains.

Mais en dépit de tout cela, le bilan de l'intégration régionale en Afrique demeure mitigé. Au niveau de l'UEMOA par exemple, il a souligné que toutes les reformes nécessaires pour créer un marché commun basé sur la libre circulation des personnes, des biens, des services, etc. ont été prises par les instances de l'institution sans que les objectifs ne soient jamais atteints.

C'est pourquoi, il urge de relever certains défis importants. Il s'agit, de son point de vue, de la gouvernance sécuritaire et politique, du développement des ressources humaines, du développement des infrastructures et de la perspective de l'intégration dans la zone « Eco ». « Relever ces défis exige une réflexion globale et de long terme sur le futur de l'UEMOA, avec le concours de tous les acteurs », a insisté Alioune Sall.

Dans cette dynamique, le président de la Commission de l'UEMOA a souhaité que les échanges débouchent sur la formulation de recommandations opérationnelles aux fins de faire de l'intégration une réalité au bonheur des populations. Quatre panels sont prévus avec des thématiques axées sur la libre circulation des personnes et des biens dans l'espace communautaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.