Congo-Kinshasa: « Journée mondiale des enseignants » - La CONEPT/RDC note que la gratuité de l'éducation est irréversible

8 Octobre 2019

«La gratuité de l'éducation est une mesure irréversible. Le pays ne peut plus retourner à la prise en charge des enseignants par les parents». Tel est le résumé de la déclaration faite par le coordonnateur de la Coalition Nationale de l'Education Pour Tous en République Démocratique du Congo « CONEPT RDC», Jacques Tshimbalanga, à l'occasion de la commémoration de la Journée mondiale des enseignants, célébrée le 05 octobre de l'année. En RDC, cette journée était commémorée à l'Athénée de la Gombe, sous les auspices du ministre de l'Enseignement primaire, secondaire et technique, EPST, Willy Bakonga.

Placée sous le thème : «Jeunes Enseignants, l'avenir de la profession », la manifestation a réuni des syndicats des enseignants, des associations des parents et des partenaires de l'éducation. Dans son adresse, le ministre de tutelle, a salué l'initiative prise par le président de la République pour la gratuité.

Pour leur part, les enseignants de la RDC, par la bouche de Cécile Tshiyombo, secrétaire générale du Syeco, ont invité le gouvernement à améliorer leurs conditions sociales, notamment en apportant des solutions idoines aux quatre problèmes qui ruinent la profession d'enseignant dans le pays. Il s'agit notamment du statut de l'enseignant, de la modicité salariale, du droit à une retraite honorable et des droits syndicaux.

Dans un autre chapitre, les représentants des parents ont, dans leur adresse, réitéré leur détermination à soutenir la gratuité de l'éducation. Pour eux, la prise en charge des enseignants par les parents est comparable à la maladie à virus Ebola, qu'il faut combattre, afin de sauver les enfants qui sont dans les provinces ainsi que ceux qui vivent dans les zones rurales.

« Le message que nous lançons aujourd'hui, est le message de solidarité. C'est une journée mémorable pour l'enseignant et l'enseignante de manière générale dans le monde et en particulier pour l'enseignant du Congo. Concernant l'enseignant de la RDC particulièrement, le message, c'est cette forte solidarité que tout le monde doit témoigner à l'égard de cette personne qui fait la magie pour nous former dans des conditions difficiles. Le pays s'est lancé dans une vaste réforme en appliquant la politique de la gratuité de l'enseignement de base. Et, donc, cela nécessite que l'on puisse tenir compte du fait que le Congo aura besoin de nouveaux enseignants étant donné que près de la moitié d'enseignants en RDC sont éligibles à la retraite. Il est donc important aujourd'hui de penser à renouveler le personnel enseignant et de faire appel aux nouveaux talents. Mais ces nouveaux talents, on doit les recruter parmi les jeunes. Mais, il faut les recruter en faisant en sorte que le métier redevienne attrayant.

Interrogé sur la résistance de certaines écoles à appliquer la gratuité de l'enseignement dans le pays, le coordonnateur de la Conept/RDC a souligné que la gratuité sera appliquée en bonne et due forme, car, il est important de sauver l'avenir des enfants congolais qui sont exclus du système éducatif. Poursuivant son intervention, le n°1 de la Conept/RDC a martelé que les parents sont fatigués de la prise en charge des enseignants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.