Congo-Kinshasa: Modernisation de la corniche de Kinshasa - Une commission mixte pour l'évaluation du projet immobilier

Le ministre des Affaires foncières, Aimé Sakombi Molendo, par un arrêté du 30 septembre dernier, a mis en place une structure de vingt personnes, avec pour mission d'évaluer, pendant vingt-huit jours, le projet dont l'objectif est de donner un nouveau visage à la capitale congolaise.

La ville de Kinshasa a signé un accord de partenariat public-privé avec le groupe Starstone pour le développement de sa corniche dite baie de Ngaliema, à travers un projet immobilier et d'urbanisation à usage mixte sur une superficie totale de 187 hectares, évalué à près de 1,3 milliard de dollars américains.

Selon les données, ce projet sera divisé en quatre zones. Dans la première, il est prévu la construction des restaurants, commerces, logements collectifs et maisons individuelles. Elle part de la résidence actuelle de l'ambassadeur de France jusqu'à la clôture du Palais de la nation, sur 24,56 hectares dont 9,2 sur la terre ferme et 15,54 à gagner sur le fleuve. La deuxième zone, qui s'étend du Palais de la nation à l'embouchure de la rivière Gombe, sur 33,7 hectares dont 11,80 sur la terre ferme et 21,27 à gagner sur le fleuve, va également contenir des restaurants, commerces, hôtels et logements collectifs.

La zone 3, la plus importante de toutes, va de l'embouchure de la rivière Gombe jusqu'au chantier naval de Chanic, au niveau de la baie de Ngaliema, sur 77,79 hectares dont 67,86 sur la terre ferme et 9,93 à gagner sur le fleuve. Elle comprendra bureaux, restaurants, commerces, hôtels, rivers clubs, logements collectifs et maisons individuelles. Quant à la dernière, qui part du chantier naval Chanic jusqu'au collecteur situé au Mont-Ngaliema, sur 52,23 hectares dont 24,71 sur la terre ferme et 27,52 à gagner sur le fleuve, elle abritera bureaux, restaurants, commerces, hôtels, logements collectifs et centre culturels.

Dans le cadre de ce projet, 60% de terres aménagées appartenant aux privés seront mises à la disposition des promoteurs immobiliers locaux et internationaux. Les 40% restants seront directement exploités par le groupe Starstone, conformément aux cahiers des charges et des plans architecturaux élaborés. Le coût global pour la réalisation des plates-formes est de 423 941 688 dollars américains tandis que les travaux de construction des bâtiments, sur les 40% de terres à développer directement par cette société, vont nécessiter un investissement évalué à 880 520 070 de dollars américains.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.