Guinée: Marche annoncée de l'opposition - Il va pleuvoir sur Conakry

« Qui sème le vent, récolte la tempête » dit le dicton. Comme il fallait s'y attendre, la réaction de l'opposition guinéenne face aux propos du Chef de l'Etat, Alpha Condé, qui a publiquement levé le voile, le 23 septembre dernier, sur son intention de modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat, n'a pas tardé.

En effet, réunis le lundi 7 octobre, les leaders de l'opposition, coalisés dans le Front National pour la défense de la Constitution (FNDC), ont appelé les Guinéens à des manifestations à partir du lundi 14 octobre, tant sur le territoire national qu'à l'étranger, pour contrer le projet de « coup d'Etat constitutionnel » ourdi par le camp présidentiel.

Au regard du caractère effervescent de la scène politique en Guinée, c'est un véritable avis de tempête qu'annonce la météo politique dans ce pays. Tout laisse croire, en effet, pour paraphraser le cinéaste, qu'il va pleuvoir sur Conakry.

La mue de Condé, du combattant pour la démocratie en fossoyeur de la démocratie, passe comme une trahison

La détermination affichée par l'opposition montre toute la rage qu'elle a, de faire barrage au passage en force qu'envisage le pouvoir.

« Nous sommes déterminés à aller de l'avant, nous allons faire en sorte que les Guinéens démontrent exactement où est la légitimité dans ce pays », dit Sidya Touré, l'un des porte-voix du mouvement de contestation.

Et pour se donner toutes les chances de gagner leur pari, Cellou Dalein Diallo et ses camarades ont acquis à leur cause de nombreuses organisations de la société civile (OSC) et une frange importante de toutes les couches de la société guinéenne, toutes prêtes à en découdre avec Alpha Condé dont la mue, du combattant pour la démocratie en fossoyeur de la démocratie, passe comme une trahison.

Mais en face, l'on devine aisément que le camp présidentiel qui semble tout aussi déterminé à réussir son hold up, ne reculera devant aucun moyen pour parvenir à ses fins. Menaces, contremarches, achats de consciences, répression, tout y passera pour infléchir en sa faveur le bras de fer.

Et sans jouer aux théoriciens de l'Apocalypse, pour qui connaît la scène politique guinéenne dont les fréquentes éruptions se sont avérées des plus meurtrières en Afrique de l'Ouest, l'on peut prédire que ce bras de fer annoncé n'aura qu'un exutoire bien connu : des jours de tourmente pour la Guinée avec de forts effluves de violences et de sang.

Cet orage qui se dessine très nettement à l'horizon, au ras du sommet du Fouta Djallon, ne manquera pas d'impacter négativement une économie nationale souffreteuse malgré son immense potentiel minier et naturel, avec de nécessaires répercussions sur les conditions de vie déjà précaires des populations.

En tout état de cause, l'on ne peut que regretter cet entêtement d'Alpha Condé de lancer son pays sur cette orbite de l'incertitude.

Non seulement il achève de dilapider tout le capital de sympathie engrangé tout au long de son combat historique pour la démocratie contre les régimes militaires successifs en Guinée, mais aussi il encourt le risque de sortir de l'histoire par une porte dérobée. Rien ne dit en effet qu'il échappera au syndrome de Blaise Compaoré au Burkina Faso ou d'Abdoulaye Wade au Sénégal.

Ce n'est pas avec Condé que les Guinéens vaincront le signe indien des mauvais dirigeants

Et même s'il parvenait à se maintenir au pouvoir au terme du bricolage électoral qu'il a échafaudé, il ne réussissait qu'à faire de la Guinée, avec le Togo, l'un des moutons noirs de la démocratie en Afrique de l'Ouest.

Dans tous les cas, la certitude est faite, au grand dam de tous ceux qui avaient chanté la légende Condé, que ce n'est pas avec lui que les Guinéens vaincront le signe indien des mauvais dirigeants.

Cela dit, l'opposition guinéenne ne doit pas être isolée dans son combat contre ce mutant d'Alpha Condé. La communauté ouest- africaine, à travers la CEDEAO, se doit d'intervenir pour dissuader le professeur de cette aventure pleine de menaces, non seulement pour la Guinée, mais aussi pour tout l'espace communautaire.

En effet, non seulement l'instabilité politique en Guinée peut impacter négativement l'économie et la quiétude sous-régionales, mais l'exemple d'Alpha Condé peut aussi s'avérer contagieux pour de nombreux Etats où la démocratie n'est encore qu'un vernis. Pour agir dans l'intérêt communautaire, l'organisation sous-régionale dispose de plusieurs leviers d'action.

Elle peut d'abord compter sur la puissante voix morale d'anciens chefs d'Etat africains qui se sont engagés, pas plus tard que la semaine dernière à Niamey, lors d'un sommet sur le constitutionnalisme, à unir leurs voix pour exiger le respect de la limitation des mandats présidentiels, de la règle constitutionnelle et de l'Etat de droit de manière générale partout en Afrique et favoriser ainsi le renouvellement du leadership politique.

L'on peut se surprendre à rêver que le président guinéen qui a autrefois conduit lui-même des missions de bons offices dans des crises du genre sur le continent, ne fasse pas la sourde oreille face à ces illustres personnalités.

La CEDEAO peut aussi se montrer plus énergique en actionnant, en cas de besoin, la menace de sanctions diplomatiques et économiques voire militaires, comme elle a parfois su le faire dans certaines crises comme au Mali ou en Gambie.

Mais en attendant, c'est à l'opposition guinéenne de faire la preuve de sa maturité politique en réussissant non seulement le pari de la mobilisation, mais aussi en relevant le défi de l'organisation pour tenir des manifestations pacifiques.

Il est vrai que cela est plus facile à dire qu'à faire dans cette Guinée où la configuration de la scène politique repose sur une lame de fond ethnique qui n'attend que l'étincelle qui mettra le feu aux poudres, mais c'est la seule condition pour drainer la sympathie de l'opinion publique interne et internationale comme en Algérie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.