Ile Maurice: Liberté d'expression - Des comptes Facebook bloqués pour museler des internautes ?

Son profil représenterait une «menace nationale». C'est la raison pour laquelle Facebook a bloqué le compte de l'internaute Hassenjee Ruhomally, dimanche. Serait-ce une tentative de museler des internautes en cette période de campagne électorale.

«Facebook has received a complaint that your profile represents a national security threat. Thus it does not comply with our community standards.» Ce message de Facebook a été adressé à l'internaute Hassenjee Ruhomally, hier. Sa page personnelle a été bloquée depuis dimanche. Mais celui qui avait été arrêté en 2017 suite à une plainte de Showkutally Soodhun n'est pas le seul qui ne peut avoir accès à son compte Facebook. La fan page de Shakeel Mohamed, «Nous le Nous Shakeel», ou encore le compte de Loïc Forget, Digital Director de La Sentinelle Ltd, ont récemment été «restricted»...

Que s'est-il passé ? Y a-t-il eu plainte à la Cybercrime Unit sous l'article 46 de l'Information and Communication Technologies Act pour des propos causant «annoyance » ? Nous avons vérifié auprès de l'inspecteur Shiva Coothen du Police Press Office pour savoir s'il y a eu des dépositions faites à la Cybercrime Unit à ce sujet. Il nous a informés ne pas être au courant.

Y aurait-il donc une tentative de la part du gouvernement de museler certains internautes en cette période de campagne électorale, se demande Hassenjee Ruhomally. «Cela fait 12 ans que je suis les informations politiques sur Facebook. Mon dernier message sur le réseau social remonte à dimanche. Il concernait la date des élections. Je déplorais le fait que beaucoup d'élèves seront pénalisés sachant qu'ils seront en période d'examens.»

À partir de ce moment-là, au dire d'Hassenjee Ruhomally, son compte a été désactivé. «Et je ne pourrai pas en recréer un nouveau. J'ai fait un appel à Facebook parce que j'ai deux comptes. Celui où il y a des échanges professionnels n'a pas été bloqué. C'est mon compte personnel qui a été restricted.»

Sollicité, Me Shakeel Mohamed, de son côté, explique que la fan page «Nous le Nous Shakeel» est pour la circonscription n°3. «J'ai contacté l'admin de la page et il m'a dit qu'il ne peut partager de lien jusqu'au 14 octobre, sans qu'il ait reçu des explications. J'ai demandé à gérer moi-même cette page pour comprendre auprès de Facebook la raison de cette interdiction temporaire. Je suis convaincu que c'est le jeu malsain du gouvernement, qui réduit la liberté d'expression.» D'ailleurs, l'homme de loi de faire valoir qu'il a appris qu'une équipe israélienne basée à Maurice fait campagne pour Pravind Jugnauth et communique avec le réseau social.

Loïc Forget, Digital Director de La Sentinelle Ltd, en sait quelque chose sur le sujet. «Le cas d'Hassenjee Ruhomally n'est pas un cas isolé. Il peut demander qui a interdit sa page sur Facebook. Maintenant, si le réseau social lui répond, c'est une autre question. » De souligner que son cas est plus précis. «Mon compte Facebook a été restricted depuis le 11 septembre. J'ai envoyé trois courriels, en vain», indique celui qui est administrateur de plusieurs pages sur le réseau social.

«Facebook est devenu un outil de propagande pour les gouvernements et ce sujet-là remonte à 2016 avec les élections américaines où les Russes ont suggéré de voter pour Donald Trump», avance Loïc Forget. Bien que le gouvernement et Facebook doivent répondre, ils ne le feront pas, dit-il. «Car le réseau social génère de l'argent à travers la publicité.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.