Congo-Kinshasa: Ituri - Les FARDC et la communauté Lendu font la paix des braves

A l'issue de la facilitation menée par la Monusco, les notables de la région se sont engagés à collaborer avec l'armée et à dénoncer les assaillants dans leurs milieux. Pour sa part, la hiérarchie des Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) dans la province a promis de sanctionner toutes les bavures des soldats au front.

Un dialogue dit de renforcement de confiance entre les Fardc et la communauté Lendu s'est tenu, du 2 au 6 octobre, dans la province de l'Ituri, sous la supervision de la Monusco. Les deux parties ont décidé, après une série des réunions, de fumer le calumet de la paix. Elles ont saisi cette opportunité pour lever tous les équivoques qui obstruaient jusque-là la bonne entente entre elles. En effet, depuis plusieurs mois, il s'observe une tension récurrente entre les éléments des Fardc et les habitants des secteurs de Walendu Pitsi, Djatsi et Tatsi dans le territoire de Djugu, dont les chefs de groupement ont du reste assisté à la réunion.

D'une part, les Lendu reprochaient aux Fardc de les assimiler aux assaillants qui sèment la terreur dans la région, de l'autre, les unités de l'armée opérant dans ce coin du pays accusaient la population locale d'être en connivence avec les groupes armés locaux et étrangers. « Il ne faudra pas que ce climat de méfiance entre la communauté Lendu et les Fardc soit pris comme alibi pour déstabiliser le territoire de Djugu. Les assaillants prétendaient se battre contre les Fardc pour défendre la cause Lendu », a indiqué une source proche de la Monusco.

Cette suspicion réciproque a longtemps duré au point d'insécuriser la province et sa population. Il ne faisait plus bon vivre en Ituri, particulièrement dans les territoires occupés par les Lendu. Le dialogue a permis aux uns et aux autres de faire amende honorable en prenant l'engagement de consolider la paix via un comportement responsable. Les notables de la région présents à la réunion se sont engagés à dénoncer les assaillants dans leurs entités coutumières respectives et à collaborer avec l'armée qui a promis, pour sa part, de réprimer tous les dérapages de ses hommes contre des civils pendant les opérations militaires. « Nous devons maintenant chercher à créer ce climat de confiance par la dénonciation et la désolidarisation de la population d'avec les assaillants. Et nous devons sanctionner les brebis galeuses au sein des forces armées », a affirmé le lieutenant Jules Ngongo, cité par radiookapi.net.

C'est dire que l'objectif poursuivi par cette rencontre a été atteint. Il s'est agi de déceler les causes de méfiance entre les deux parties, en vue de trouver des solutions pour la promotion d'une paix durable en territoire de Djugu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.