Congo-Brazzaville: Lancement de la saison sportive 2019-2020 - Le ministère encourage les fédérations dans la formation des jeunes

Hugues Ngouélondélé a invité les fédérations sportives nationales à faire de la bonne gouvernance et de la quête permanente de la performance leur crédo afin de relever le niveau du sport congolais.

Le ministre des Sports et de l'éducation physique a lancé son appel, le 8 octobre, à l'occasion du lancement officiel de la saison sportive 2019-2020. Hugues Ngouélondélé a souhaité que les fédérations jouent pleinement leur rôle en s'appuyant notamment sur la redynamisation des ligues, la formation des jeunes et l'organisation des championnats toutes catégories d'âges afin, a-t-il dit, d'assurer une relève sûre et performante dans la durée. « L'élaboration des projets sportifs pertinents et leur transmission au ministère en charge des Sports dans les délais permettant d'engager toutes les démarches administratives et financières nécessaires à leur bonne exécution », a souhaité le ministre.

La saison qui vient d'être ouverte sera marquée par le renouvellement des instances dirigeantes de la majorité des fédérations sportives nationales. Le ministre des Sports et de l'éducation physique a demandé aux fédérations de respecter les dispositions de la circulaire n°0877 du 5 juillet 2019, relative au statut officiel du deuxième vice -président, du secrétaire général, du trésorier général et du directeur technique national qui doivent être des cadres des Sports. « Je demande aux fédérations sportives nationales d'en assurer une application stricte dans le processus de renouvellement des instances pour la prochaine olympiade 2020-2024 », a déclaré Hugues Ngouélondélé.

La nouvelle saison, a expliqué par ailleurs le président du Comité national olympique et sportif congolais (Cnosc), est d'une étape importante menant à des événements particuliers comme les Jeux olympiques de 2020 et les assemblées générales électives des fédérations sportives nationales et du Cnosc.

Réhabiliter les Jeux nationaux

Faisant le bilan de la dernière saison, Raymond Ibata a, entre autres, cité les quelques rendez-vous manqués par le Congo, notamment la participation minime du Congo aux Jeux africains de la jeunesse à Alger, en juillet 2018; la non-participation aux Premiers jeux africains de plage à Sal, au Cap vert, en juin 2019; la participation aux Jeux africains de Rabat en août et dont les médiocres résultats n'ont pas surpris que les non avertis, a-t-il dit.

« Tout ceci découle de la chronique préparation à la va-vite qui n'honore pas le pays », a affirmé le président du Cnosc. Raymond Ibata a plaidé en faveur de la renaissance des Jeux nationaux en vue de permettre aux athlètes congolais de préparer les grandes compétitions dans de meilleures conditions. « Nos athlètes ne bénéficient plus d'un événement sportif important qui a existé dans le passé, à savoir les Jeux nationaux. Notre souhait est qu'ils soient réédités au moins un an avant les Jeux africains du Ghana 2023, ce qui ferait une succession d'occasions tests de nos athlètes avant les Jeux Olympiques de Paris 2024. A cela s'ajouterait la création d'un camp d'entraînement multisports qui éviterait aux encadreurs et athlètes des acrobaties fort inutiles », a souhaité Raymond Ibata.

Toujours pour le compte de cette saison, le comité paralympique veut entretenir la flamme qu'il a allumée en 2018-2019 lors de la participation aux premiers Jeux paralympiques africains qui se tiendront au Maroc en janvier 2020. « C'est une compétition à caractère classificatif et qualificatif pour les grands jeux paralympiques de Tokyo 2020 », a expliqué le secrétaire général de ce comité dont les athlètes avaient glané, la saison dernière, trois médailles (or, argent et bronze) aux troisième meeting international paralympique d'athlétisme à Marrakech, au Maroc, et aux olympiades spéciales d'Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.