Burkina Faso: Construction de l'autoroute de contournement de Ouagadougou - L' entreprise EBOMAF promet de respecter les délais

Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a visité le vendredi 4 octobre 2019, le chantier de construction de l'autoroute de contournement de Ouagadougou ainsi que les différentes installations de base de l'entreprise. Il est globalement satisfait de l'avancée des travaux.

Une année après le lancement officiel des travaux de construction de l'autoroute de contournement de Ouagadougou (le 30 octobre 2018), les travaux de terrassement ont enfin commencé le vendredi 4 octobre 2019 à Gampèla, dans la commune de Saaba. Pour constater l'effectivité de cette action, le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a visité le chantier.

C'est à Gampèla, sur la route nationale n°4, que le chantier a véritablement démarré. Le ministre a aussi visité les différentes installations de l'entreprise EBOMAF.

Des deux garages d'engins à la centrale de concassage en passant par la centrale à bétons où sont confectionnés des moules de caniveaux préfabriqués, M. Bougouma a pu voir tout le matériel déployé pour la réalisation de ce projet.

«Le constat est que le gros terrassement a véritablement commencé et nous nous attendons à ce que ces travaux soient accélérés. Au regard de tout cela, nous sommes globalement satisfaits de l'avancée des travaux.

Cependant, je demande à l'entreprise d'augmenter la cadence des travaux parce que l'horloge du délai a déjà commencé à tourner depuis le 1er octobre 2019», a-t-il souligné.

Selon lui, n'eût été les difficultés liées à l'indemnisation des personnes affectées par le projet, les travaux pouvaient mieux avancer par rapport au niveau actuel. «Nous sommes confrontés à une augmentation anormale de ces personnes», a indiqué le ministre.

Un nombre croissant des personnes affectées

Selon un agent de la mission de contrôle, GTAH (ingénieurs- conseils), Constant Ouédraogo, le recensement fait en 2008 dénombrait 500 personnes, mais à la date du début du projet en 2018, ce sont plus de 3000 personnes qui se sont installées dans la zone. «Ils ont même obtenu des titres fonciers.

Selon la loi, ils sont dans la légalité. Nous sommes donc obligés de revoir les estimations en ce qui concerne le processus d'indemnisation», a soutenu Eric Bougouma. De l'avis de M. Ouédraogo, de la somme d'un milliard, le montant des indemnisations des personnes affectées est monté à plus de huit milliards FCFA aujourd'hui.

«Ensemble, nous allons fournir tous les efforts nécessaires pour que ces personnes identifiées puissent avoir leur indemnisation le plus rapidement possible pour que cette question ne soit plus un facteur de retard, ni un facteur bloquant l'avancement des travaux», a affirmé le 1er responsable du département des Infrastructures.

Qu'à cela ne tienne, il a promis de revenir sur le chantier dans les prochaines semaines pour le suivi régulier de l'autoroute de contournement afin de s'assurer du bon déroulement des travaux.

Pour le Président-directeur général (PDG) d'EBOMAF, Mahamadou Bonkoungou, cette visite vient une fois de plus attester de l'importance de la voie pour le gouvernement. «Je mesure la portée.

C'est pourquoi, l'entreprise va respecter le délai de 36 mois, car nous sommes matériellement et humainement très équipés pour y arriver.

En plus, nous avons l'expérience acquise et le non-respect des délais ne peut être lié qu'à une seule chose, le cas de force majeure. Mieux, on pourrait être en avance», a-t-il expliqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.