Sénégal: Le programme de construction des logements sociaux cible les Sénégalais à faibles revenus (ministre)

Dakar — Le programme de construction de 100 000 logements sociaux initié par le gouvernement cible exclusivement les Sénégalais à faibles revenus, a rappelé mardi à Dakar, Abdou Karim Fofana, ministre de de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique.

"Cette politique est destinée aux personnes à revenus modestes et irréguliers. Pour en bénéficier, d'abord il faut être sénégalais, avoir une activité économique salariée ou non, formelle ou informelle et ne pas être propriétaire d'un autre logement", a-t-il notamment expliqué.

Il intervenait lors d'un atelier de restitution des travaux des commissions dans le cadre du projet de construction d'ici à 2024 de cent mille logements sociaux à travers le pays.

Il s'agit à travers ce projet d'accélérer l'offre en logements décents et accessibles et faire en sorte que chaque sénégalais, avec son niveau de loyer, puisse avoir droit à un logement décent, a-t-il fait observer.

Par logement décent on entend celui situé dans une zone urbanisée, organisée avec des infrastructures sociales de base comme l'accès à l'eau, l'électricité, l'évacuation des eaux fluviales, des eaux usées" ; mais également "accessible par son coût et par le mode de financement", a fait remarquer Fofana.

Il a assuré que ce programme allait être réalisé dans les pôles urbains et hors des pôles urbains et dans toutes les communes du Sénégal qui ont plus de dix mille habitants.

Il a ainsi annoncé que trois programmes phares vont bientôt débuter dans les communes de Diobass et Mont Rolland (Thies) et Ronkhe, dans la région de Saint-Louis.

Pour ce faire, a-t-il dit, l'Etat, dans le cadre des lotissements d'extensions, va favoriser des contractualisations tripartite à travers un lien entre collectivités territoriales et promoteurs, pour encadrer le prix du logement entre dix et douze millions pour des logements standards de trois pièces sur 150m².

L'Etat va également développer un financement à long terme avec le fonds de garantie du logement qui commence à être doté, depuis l'adoption de la taxe sur le ciment".

A l'en croire, l'Etat compte avec ce projet, "faire de la politique du logement, un moteur de croissance économique avec le développement un écosystème local de la construction et le financement à long terme par les banques nationales et institutions financières nationales".

Le besoin en financement pour la réalisation serait estimé à 1500 milliards sur cinq ans, a pour sa part renseigné le directeur général la Banque de l'habitat du Sénégal (BHS, publique), Mamadou Bocar Sy, également président de la commission financement et fiscalité de ce projet.

Selon lui, les conditions actuelles d'accès au financement ne sont pas adaptées à la cible du programme, du fait notamment que le financement existant à ce jour est hypothécaire, compris entre cinq et vingt ans, selon l'âge et la durée d'activité du souscripteur.

Aussi, a-t-il indiqué, la structuration de mécanismes de financement alternatifs, ainsi que des innovations dans la chaine de valeur de la construction sont nécessaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.