Sud-Soudan: Les États-Unis accentuent la pression sur le gouvernement

Les États-Unis haussent le ton et avertissent si des efforts ne sont pas entrepris dans l'application de l'accord de paix de septembre 2018 au Soudan du Sud.

Un compromis en danger et qui connaît de sérieux retard alors que le chef rebelle Riek Machar doit rentrer à Juba le mois prochain. Washington menace même d'imposer de nouvelles sanctions.

Le processus de paix se fragilise et les Américains s'impatientent. Thomas Hushek, ambassadeur américain au Soudan du Sud, a déclaré que Washington était prêt à imposer davantage de sanctions, si le pouvoir n'appliquait pas l'accord de paix.

L'ambassadeur américain a visiblement peu apprécié les dernières déclarations du président sud-soudanais. Salva Kiir a annoncé qu'il formerait un gouvernement le mois prochain, avec ou sans Riek Machar, dont le retour au pays est incertain.

Dans ces conditions, « il ne peut pas y avoir de gouvernement d'union », a déclaré Thomas Hushek, qui a semblé questionner la bonne volonté présidentielle. « Les autorités ont refusé de discuter des problèmes politiques en suspens.

Elles n'ont établi aucun autre mécanisme autour de ces questions et n'ont pas proposé de soutien financier », a estimé l'ambassadeur, ajoutant que les Américains étaient « à l'affût », capables de sanctionner toute personne bloquant le processus.

Depuis plusieurs années, les États-Unis appliquent des interdictions de voyages, des gels d'avoir, des barrières contre des individus et des entreprises. Ils menacent d'allonger la liste des punis.

Dans des termes plus feutrés, mardi le Conseil de Sécurité de l'ONU a appelé les parties à régler rapidement les principaux points de blocage. Une délégation doit se rendre à Juba fin octobre. Un déplacement très attendu, car Riek Machar lui-même devrait être du voyage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.