Sénégal: Partage des résultats du projet recherche-action sur l'accès des femmes à la terre - La promotion d'une gouvernance foncière inclusive à l'épreuve

L'Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR), en partenariat avec le Conseil National de la Concertation et de Coopération des Ruraux (CNCR), a organisé hier, mardi 8 octobre à Dakar, un atelier de restitution des résultats de l'étude de base du projet Recherche-Action sur la «Promotion d'une gouvernance foncière inclusive par une amélioration des droits fonciers des femmes au Sénégal».

La problématique de l'accès et du contrôle par les femmes des ressources foncières a toujours été l'un des défis majeurs auxquels le Sénégal fait face, même si notre pays a consacré dans sa constitution le principe d'égalité en matière d'accès au foncier, selon le Docteur Oumou Khaïry Coulibaly Tandian, coordinatrice et chercheure principale du projet de Recherche-Action mis en œuvre par Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR). Les femmes continuent à être marginalisées sur le foncier, surtout dans le contexte d'acquisition des terres à grande échelle. C'est pourquoi, à en croire la coordonnatrice, l'objectif de ce projet est de contribuer à l'amélioration de l'accès et du contrôle des femmes sur les terres et leur participation dans les instances de prise de décisions pour une gouvernance foncière responsable et durable.

Des enquêtes ont été menées dans trois communes que sont Darou Khoudoss, Ross Béthio et Toubacouta, dans le but d'identifier les contraintes et possibilités d'amélioration des droits fonciers des femmes et leur participation effective à la gouvernance foncière. Pour chaque commune, les initiateurs du projet Recherche-Action ont présentés des résultats de base. D'abord, pour la commune de Ross Bethio, le docteur Tandian affirme qu'ils ont évalué le quota. «Pendant longtemps, on nous dit que la Société d'Aménagement des Eaux du Delta (SAED) applique le quota. On a voulu vérifier cela, sachant que le quota c'est une demande de l'Union Africaine et dans les pays voisins comme le Mali il y a une loi de 15%. Donc, on a voulu évaluer les forces et les faiblesses pour voir comment peut-on aller vers une loi au Sénégal. Il y a aussi l'accès collectif qui est très dynamique dans cette zone qui permet d'améliorer les droits fonciers des femmes».

Ensuite, dans la commune de Toubacouta, les résultats témoignent de la bonne stratégie qui a été mise en place notamment le pool d'animateurs qui est mixte mais aussi l'alphabétisation fonctionnelle c'est-àdire de former les femmes et de les sensibiliser à partir de leur langue local. Il y a aussi les négociations participatives qui ont joué un grand rôle et surtout l'implication active du maire.

En fin, pour la commune de Darou Khoudoss, «ce qui est intéressant, même s'il n'y a pas eu de délibération, c'est que les recherches ont permis de comprendre les enjeux fonciers de cette zone. Et aujourd'hui, quand on veut sécuriser les terres, on peut savoir celles qui peuvent être sécurisées ou non», confie docteur Tandian. L'accès des femmes aux terres peut être bénéfique dans la mesure où il contribue à leur autonomisation, aux revenus provenant des activités et à l'investissement sur les ménages. Une raison qui pousse le docteur Tandian à demander au gouvernement de mettre en œuvre les recommandations sur le foncier mais surtout de prendre en compte les femmes dans ces recommandations-là.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.