Afrique Centrale: Les parlementaires veulent améliorer la gestion des catastrophes

Le Réseau des parlementaires pour la résilience aux catastrophes en Afrique centrale (Reparc) sort de sa quatrième réunion annuelle, tenue récemment à Kinshasa, en République démocratique du Congo.

Au sortir des travaux, les participants ont formulé quelques recommandations qui visent, entre autres, à améliorer la collecte des données sur les catastrophes et les rendre disponibles à travers des bases de données nationales sur les sinistres, à identifier les moyens efficaces permettant aux parties prenantes de créer des opportunités pour une participation active des communautés à la prévention des catastrophes. Les parlementaires dudit réseau ont également prévu d'encourager les approches fondées sur la nature et les écosystèmes, dans le cadre de l'élaboration des stratégies définies.

Par ailleurs, les participants à cette rencontre ont évoqué la nécessité pour le Reparc de bénéficier des appuis techniques et financiers conséquents de la part des partenaires. Ce qui facilitera le partage des idées concrètes sur la manière dont l'UNDRR et l'Union interparlementaire (UIP) peuvent les aider à mettre en œuvre le cadre de Sendai, son implication dans le chantier d'élaboration par l'UNDRR de la liste de contrôle et des éléments indicatifs à l'attention des parlementaires ; le soutien du renforcement des capacités de ses membres en matière de compréhension des risques de catastrophes.

C'est aussi pour permettre la prise en charge de la participation des membres du Reparc aux rencontres onusiennes sur les changements climatiques, notamment la Cop25 prévue au Chili, en décembre prochain, et aux plates-formes régionales de l'UNDRR prévues en 2020.

Notons que le Congo a été représenté à cette rencontre par le député Blaise Ambetto, deuxième vice-président de la commission Plan et aménagement du territoire, membre du Reparc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Afrique Centrale

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.