Guinée: L'opposant guinéen Bah Oury préfère le dialogue aux manifestations

10 Octobre 2019

La tension monte en Guinée, en amont des manifestations contre le référendum constitutionnel annoncées par l'opposition lundi 14 octobre. L'opposant Bah Oury n'appelle pas à se joindre au mouvement. Interview.

En Guinée, à mesure que la date du 14 octobre approche, la tension politique augmente et les alertes se multiplient.

Le 14 octobre, lundi prochain, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), un regroupement de partis politiques de l'opposition, de syndicats et de la société civile, veut manifester dans les rues de Conakry.

L'objectif est de protester contre le projet de révision constitutionnelle initié par le pouvoir. L'opposition soupçonne le président Alpha Condé, dont le second mandat expire dans un an, de vouloir se maintenir au pouvoir.

Or si tous les opposants sont d'accord sur le fait qu'il faudrait dissuader le président, la méthode utilisée divise.

Interview de Bah Oury, président de l'Union pour la démocratie et le développement (UDD).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.