Congo-Kinshasa: Une dizaine de décès, des blessés graves et d'importants dégâts, bilan de la pluie de mercredi

En principe, après la pluie, c'est le beau temps. Ce qui n'est pas le cas en République démocratique du Congo (RDC), notamment dans la ville de Kinshasa. Où, après une pluie diluvienne, bonjour les dégâts ! Tant humains que matériels.

La pluie qui s'est abattue dans la nuit de mardi à mercredi 9 octobre 2019 à Kinshasa a apporté morts et désolation dans plusieurs familles qui ont assisté, impuissantes, à l'écroulement des murs de leurs maisons et à la perte de leurs biens emportés par les eaux en furie.

Les communes de Selembao, Mont-Ngafula et Masina, pour ne citer que celles-ci, ont été touchées. Comme d'habitude. Cela depuis plusieurs décennies. Comme qui dirait : « Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés. » Outre les sinistrés, beaucoup d'habitants de parties affectées de ces municipalités n'ont pas pu vaquer à leurs occupations à temps. Ils en ont été empêchés par la coupure des routes et autres dégâts causés sur les chaussées. Sans oublier l'eau qui a débordé les caniveaux là où ceux-ci ont été construits et qui a envahi les habitations.

Mise en place d'un programme d'urgence

Cette situation n'a pas laissé indifférent le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Informé de ces dégâts, il a ordonné au gouvernement de décaisser les fonds pour intervenir rapidement, surtout au niveau de Mitendi à Mont Ngafula où la nationale n°1 est coupée. Sans oublier de réhabiliter de la RN1 au niveau du quartier Dumez dans la commune de Ngaliema et de contenir l'érosion qui n'est plus qu'à un mètre de plusieurs domiciles des particuliers. Cela du quartier Bel air à Kimwenza.

« Le chef du gouvernement a donné des instructions fermes au ministr e des Finances, Sele Yalaghuli, pour la prise en charge des travaux de réhabilitation «urgente» de la Route nationale n°1 détruite au niveau du quartier Dumez (commune de Ngaliema) suite à cette pluie afin que le devis présenté par le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures, des Travaux publics et de la Reconstruction (ITPR) soit exécuté sur le terrain. Des moyens conséquents sont débloqués pour que l'Office de voirie et drainage (OVD) et l'Office des routes (OR) exécutent des travaux sur place en urgence pour sécuriser la nationale numéro 1 et surtout éviter encore d'autres pertes en vies humaines et autres dégâts matériels », renseigne le service de communication de la Primature.

C'est ainsi que le vice-premier ministre et ministre des ITPR, Willy Ngoopos, a réuni dans la matinée d'hier mercredi les services œuvrant dans son secteur ainsi que le gouverneur de la ville de Kinshasa en vue de planifier l'intervention.

Les engins ont, pour cela, été déployés sur le terrain dans l'après-midi. Il a demandé à toutes ses équipes de se mobiliser et de prendre toutes les dispositions « pour que, dans les heures qui suivent, les travaux soient lancés dans tous les sites répertoriés (Dumez, Mitendi, Kimbondo, Mbenseke Futi et Route de la paix) afin de parer urgemment à cette situation », a annoncé sur Twitter le ministère des ITPR.

Et la même source d'ajouter que, « vu l'urgence, les mesures idoines visant à arrêter définitivement la progression des têtes d'érosions qui menacent la nationale n°1 ont été prises. »

À noter qu'en termes de cas de morts enregistrés, on parle de plus d'une dizaine dont cinq dans la commune de Selembao à la suite de l'écroulement du mur d'une parcelle, à en croire le bourgmestre de cette municipalité et un dans la commune de Masina par électrocution. Il s'agit d'une dame de 40 ans.

Pour rappel, lundi 7 octobre dernier, une autre pluie s'est abattue sur la ville a également causé d'énormes dégâts matériels et mort d'hommes. En effet, le décès d'un enfant d'un officier des Forces armées de la RDC (FARDC) au Camp Luka dans la commune de Kintambo suite à l'écroulement du mur de sa résidence. Deux autres enfants blessés ont été conduits à l'hôpital militaire du Camp Kokolo.

On avait constaté également des cas d'effondrement des murs des maisons dans certains sites érosifs. D'autres habitations ont été emportées par les courants d'eau dont une église, une école et une polyclinique dans le quartier Dumez à Mont Ngafula.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.