Congo-Kinshasa: Ebola - Le virus confiné dans une zone géographique restreinte

10 Octobre 2019

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a affiché son optimisme, mais un espoir « prudent » dans la lutte contre Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

« Je reconnais que nous avons considérablement contenu le virus dans une zone géographique beaucoup plus restreinte », a déclaré lors d'une conférence de presse ce jeudi à Genève, le Directeur exécutif chargé du Programme des situations d'urgence sanitaire de l'OMS, Michael Ryan, de retour d'une visite dans le pays.

Cela s'explique par le confinement du virus dans certaines localités moins vulnérables, et par le fait que de grandes villes comme Butembo, Katwa ou Béni n'ont plus observé de nouveaux cas.

« Sous la direction du Gouvernement et avec nos partenaires, je crois que nous avons vraiment réussi à réduire le virus dans une zone géographique aussi réduite que possible, essentiellement un triangle entre Mambasa, Komanda, Beni, Mandima, qui est un espace à cheval entre le Nord Kivu et l'Ituri », a ajouté Dr Ryan.

Autres signes prometteurs en provenance de la RDC, le nombre de cas mortels dans les unités de traitement Ebola est inférieur à un tiers.

« Ainsi, bien que le taux de mortalité global de l'éclosion demeure aux deux tiers, soit 67 pour cent, la mortalité dans les unités de traitement Ebola a chuté de façon significative », a précisé Dr. Ryan.

Le virus Ebola a fait 2.144 morts

Selon l'Agence onusienne basée à Genève, l'épidémie a jusqu'à présent tué 2.144 personnes, sur un total de plus de 3.200 cas confirmés ou probables.

Pourtant malgré ces bonnes nouvelles dans le combat contre Ebola, l'OMS reste prudente face à ces récentes avancées.

« Maintenant nous devons tuer le virus », a encore insisté l'OMS.

Même si le nombre de nouveaux cas est désormais d'environ un par jour, Dr Ryan estime que la prudence est « extrêmement importante ». D'autant qu'il est difficile d'anticiper où et quand il virus pourrait encore s'étendre.

« Il est impossible de dire que l'épidémie est terminée ; ce n'est pas le cas. Il est impossible de prédire où l'épidémie se propagera ensuite », a fait valoir ce haut responsable de l'OMS.

D'autant que sur le terrain, l'Agence onusienne admet que le virus pourrait réapparaitre à nouveau dans des zones où « l'insécurité est très grande », en raison notamment d'activités illégales liés à l'industrie minière et aux miliciens maï-maï, sans oublier les incursions des rebelles ougandais de l'ADF (« Alliance des forces démocratiques »).

L'OMS espère réduire les risques d'infection, en misant sur la nouvelle approche développée il y a quelques mois, qui s'ancre sur une proximité accrue avec les communautés locales afin de mieux garantir leur prise en charge.

« Les communautés font également confiance à des travailleurs de la santé de première ligne de plus en plus qualifiés et travailleurs », a insisté le médecin de l'OMS.

Cela signifie que les porteurs potentiellement infectés recherchent maintenant un traitement professionnel plus rapide et dans des proportions plus importantes qu'auparavant, plutôt que d'avoir recours à des prestataires de soins alternatifs, augmentant ainsi le risque de propagation de la maladie.

Aussi, le nombre d'infections de patients venus dans les centres de santé pour d'autres raisons ou du personnel de santé est également en recul.

L'OMS est prête à offrir son expertise technique en Tanzanie

Par ailleurs, interrogé sur les derniers développements concernant la maladie fébrile non diagnostiquée en Tanzanie, Dr Ryan a rappelé une nouvelle fois que l'OMS était prête à offrir son expertise technique et toutes autres formes d'aide aux autorités tanzaniennes pour « répondre à tout type d'urgence sanitaire à laquelle elles pourraient être confrontées ».

« Le gouvernement, comme vous l'avez vu à maintes reprises, a réitéré les rapports selon lesquels il n'y a pas d'Ebola en Tanzanie et que les tests sont négatifs », a-t-il dit.

Mais les préoccupations de l'OMS à ce sujet « concernent uniquement la profondeur de l'enquête et l'échange d'information, afin que de pouvoir procéder à une évaluation complète des risques ».

« Nous continuons donc à travailler, à leur offrir notre soutien. Évidemment, un certain nombre de semaines se sont écoulées depuis que les cas suspects ont été signalés. Nous n'avons pour l'instant aucune nouvelle série de cas ni aucune extension de cas de maladie grave émergente », a conclu Dr. Ryan.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.