Sénégal: Orientation des bacheliers - Sudes/Esr disqualifie l'UVS

10 Octobre 2019

Le syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) / Enseignement Supérieur et Recherche (Esr) exige un arrêt de l'orientation des bacheliers à l'Université virtuelle du Sénégal (Uvs). Une institution pédagogique inadéquate pour la formation initiale, soutient le syndicat.

Le syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) / Enseignement Supérieur et Recherche (Esr) a esquissé une plateforme revendicative relative à la gouvernance universitaire, sur l'enseignement et sur la recherche.

Sur le statut de l'Université virtuelle du Sénégal (Uvs), le Sudes exige un arrêt de l'orientation des bacheliers dans cette institution pédagogique «inadéquate» pour la formation initiale.

Le syndicat propose une transformation de l'Uvs en Institut National de la Formation Continue et une mise sous tutelle scientifique de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad).

Les camarades d'Oumar Dia, secrétaire général, veut une abrogation ou modification substantielle de la loi 2015-26 relative aux universités publiques et une élaboration et adoption de la loi d'orientation de l'enseignement supérieur, de la recherche, de la science et de la technologie.

Pour combler le déficit d'enseignants dans les universités publiques, le Sudes/Esr préconise un plan Marshall de recrutement d'au moins cinq cent (500) enseignants-chercheurs et chercheurs par an pendant dix (10) ans tout comme il prône un rééquilibrage de la distribution des postes d'enseignants chercheurs en faveur des établissements et des universités aux ratio catastrophiques (FLSH et FASEG de l'UCAD, URF de santé de l'UASZ, etc.).

Facteur de contreperformances, les infrastructures universitaires constituent aujourd'hui un énorme défi du département de l'Enseignement supérieur. Une équation qui se compliquera davantage à la considération de la décision de l'Etat d'orienter tous les nouveaux bacheliers dans les universités publiques.

Le Sudes souhaite l'achèvement des chantiers des universités Amadou Makhtar Mbow (UAM) de Diamniadio, El Hadji Ibrahima Niasse du Sine Saloum (USSEIN), l'Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) et ses centres délocalisés à Sédhiou et à Kolda.

Pour augmenter la capacité d'accueil des universités, le Sudes pense aussi à l'achèvement des chantiers des centres délocalisés de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis à Guéoul et à Matam et la construction de l'Université du Sénégal oriental. C'est pourquoi le Sudes a toujours opposé son véto sur l'orientation des bacheliers dans le privé.

Sur la prise en charge sociale et la motivation du personnel enseignant et de recherche (Per), le Sudes invite les autorités à une redéfinition du solde indiciaire et des indices affectés aux enseignants du supérieur et une meilleure organisation de la période transitoire menant à la retraite.

La recherche, maillon faible de l'enseignement supérieur, est devenue une préoccupation majeure des acteurs.

Les efforts du ministère en terme de pilotage ne sont plus à démontrer, avec la création d'une direction générale pour sa gouvernance.

Pour son développement, le Sudes pense que le financement et équipement des laboratoires de recherche des universités est une alternative.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.