Cameroun: Parlement panafricain - La ratification du Protocole de Malabo en débat

Cet aspect a été l'un des principaux sujets des discussions au cours de la présentation du rapport d'activités des cinq derniers mois mardi à Midrand.

Près d'une cinquantaine de prises de parole à l'issue de la présentation du rapport d'activités de la période mai-septembre 2019. Pour un document de près de cinquante pages lui-même. Principale préoccupation des parlementaires à la suite de la présentation faite par le président du Parlement panafricain (PAP), Roger Nkodo Dang, au cours de cette séance plénière présidée par la Malienne Haidara Cissé, 2e vice-présidente du bureau, la ratification du Protocole à l'acte constitutif de l'Union africaine sur le PAP adopté le 27 juin 2014 à Malabo.

On peut du reste remarquer qu'à l'entrée du 1er étage du bloc administratif jouxtant l'hémicycle où se déroulent les travaux, un écran a été placé. Sur celui-ci, défilent les noms des 12 pays ayant déjà procédé à cette ratification. Le Cameroun apparaît au 2nd rang de l'ordre alphabétique. Le pays a en effet procédé à toutes les étapes nécessaires, avec la signature intervenue en 2016, la ratification proprement dite le 8 mars 2018 et le dépôt des instruments juridiques auprès de l'Union africaine depuis le 26 juillet 2018.

A ces 12 pays, il faut ajouter 20 autres qui ont déjà procédé à la signature du document. Ce qui, pour les parlementaires, est un signe encourageant. Pour amener les pays à procéder à la ratification de cet instrument juridique qui devrait donner à cette institution de l'Union africaine les pleins pouvoirs législatifs, chacun des cinq membres du bureau est appelé à conduire des missions dans sa zone de compétence. Objectif, convaincre les autorités politiques de la nécessité de parvenir à cette étape dans la vie de cette institution.

Prenant du reste la parole au cours de la séance plénière de présentation du rapport, Sylvestre Naah Ondoua, de la délégation du Cameroun a souligné qu'il est important de rappeler aux Etats africains que la ratification du Protocole de Malabo par les 28 Etats nécessaires ne devrait pas dépouiller les parlements nationaux de leurs pleins pouvoirs. « La ratification va permettre au Parlement de s'intéresser aux problèmes d'intérêts communs aux peuples du continent. Les parlements nationaux vont continuer à statuer sur des sujets d'intérêts nationaux », a-t-il souligné.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.