Cameroun: « L'endométriose, une pathologie sous-diagnostiquée »

Dr Marouen Braham, gynécologue.

Qu'est-ce que l'endométriose, dont on parle au cours de ces assises ? L'endométriose est une pathologie qui est fréquente et sous-diagnostiquée. C'est la sortie de la couche atteinte de l'utérus en dehors de la cavité utérine. Et ça peut se manifester par des douleurs, une infertilité, ou les deux à la fois. Plusieurs mécanismes l'expliquent, aux plans génétique et épigénétique (ce que nous mangeons, la vie que nous menons). Et c'est dû à un reflux des cellules dans la cavité abdominale par les trompes.

Qu'en est-il de la prise en charge ? Elle dépend surtout de ce que la patiente présente. Si elle présente une infertilité, probablement nous allons la prendre en charge en médecine de la reproduction. Si ce sont des douleurs, nous allons appliquer des traitements contre la douleur, soit des traitements hormonaux, soit faire de la chirurgie. Il s'agit d'une chirurgie avancée qui se fait par célioscopie. Il faut commencer par des antalgiques hormonaux, pour bloquer la séquestration hormonale.

Combien coûte le traitement ? Les coûts concernant les antalgiques ne sont pas élevés. Idem pour la chirurgie. Sauf qu'il faudrait créer des centres de référence pour la prise en charge de l'endométriose. Ce n'est pas toujours une affaire de coûts, mais une question d'organisation. Il faut pouvoir créer des centres où il y a plusieurs médecins qui s'entraident pour la prise en charge de l'endométriose chirurgicale. Et cela est aussi possible en Afrique au sud du Sahara. J'ai visité hôpital gynéco de Douala, qui a un bloc opératoire de qualité. Il faut juste former des personnels.

Y a-t-il un soulagement après le traitement ? Ça dépend. Après les traitements et même après la chirurgie, la patiente peut garder des douleurs. C'est pourquoi il faut bien expliquer aux patients pendant la prise en charge le risque de récurrence et d'échec de traitement. La gestion des douleurs est subjective. Tout dépend du seuil de douleur de tout chacun.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.