Cameroun: Vive tension et toujours des pillages à Sangmelima au lendemain de la découverte du corps d'un jeune

10 Octobre 2019

Hier mercredi, selon le communiqué du préfet du Dja-et- Lobo ( région du Sud), le corps d'un conducteur de moto taxi de 27 ans, a été découvert dans le village Nyazanga. Le jeune homme s'appelait Assam Belinga Benjamin Junior. L'inhumation de la dépouille, vu son état de putréfaction avancée ( certainement mort quatre jours avant la découverte), a été ordonnée à la famille, par les autorités administratives du département.

Des suspects ont été interpellés, sur la base d'objets du mort en leur possession. Les Bamoun ( peuple allogène du Noun dans la région de l'Ouest Cameroun) étant fortement soupçonnés, des natifs de Sangmelima ont appelé à la vengeance, exigeant que les suspects leur soient remis. Demande à laquelle n'ont pas cédé les forces de police secourus par les gendarmes et des militaires venus en renfort face à la ville qui débordait d'excitation.

Des pillages des commerces de certains allogènes, ont eu lieu. Des services publics obligés de fermer. Selon le préfet, il n'y a pas eu de chasse aux Bamoun. Une information pourtant contestée par des sources indépendantes.

Mais ce jeudi 10 octobre 2019, des informations de première main font état de la reprise des pillages des commerces dans la ville de Sangmelima.

C'est le département d'origine du chef de l'État camerounais, Paul Biya.

Camer.be apprend que ce matin, le gouverneur de la région du Sud, vient de d'ordonner que la paix et le calme soient rétablis dans la ville. Et que pour cela, des militaires sont prêts à intervenir.

Des sources indiquent que contrairement aux informations d'hier, c'est un natif du village Melen à Djoum, un arrondissement du Dja -et-Lobo qui, serait le tueur du jeune Assam Belinga Benjamin Junior. " Le préfet du Dja-et-Lobo vient de présider une réunion de crise avec les responsables sécuritaires", nous apprend-on.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.