Gambie: Chute de l'économie après la faillite de Thomas Cook

La Gambie s'apprête à passer une très mauvaise année touristique. La saison doit commencer début novembre et elle est plombée par la faillite du voyagiste britannique qui représente 45% des entrées touristiques dans le pays. Au-delà du tourisme, c'est toute l'économie gambienne qui va souffrir de cette faillite avec une baisse importante de la croissance selon les prévisions de la banque privée Standard Chartered.

L'année 2019 devait totaliser une croissance de plus de 6%. Ce sera finalement 4.5%. Les conséquences de la faillite de Thomas Cook se feront ressentir jusqu'en 2021. La Gambie connaît ainsi sa 3e crise touristique en cinq ans. D'abord Ebola à partir de 2014 puis l'impasse politique en 2016.

Pour l'économiste Momodou Sabally, ancien salarié de la Banque centrale gambienne, le pays fait face à une crise bien plus profonde : « Cette crise touche au cœur de l'industrie touristique, c'est très différent, et les conséquences seront sans précédent. Le chômage va augmenter et les devises étrangères vont chuter, entraînant la dépréciation du taux de change. »

De la crise du tourisme à la hausse de la criminalité

L'économie gambienne est trop dépendante du tourisme, selon Momodou Sabally. Le secteur contribue à un quart du PIB. « Il est évident que nous devons diversifier notre économie. Après le tourisme, c'est l'agriculture qui est le secteur économique le plus important en Gambie, mais c'est aussi un secteur volatile dépendant des conditions climatiques. »

La crise du tourisme pourrait faire augmenter la criminalité selon l'économiste. La saison touristique est une période de rentrée d'argent et d'activité indispensable dans un pays où 40% des jeunes sont au chômage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.