Burkina Faso: Des hommes armés chassent les habitants de Tongomayel

Les hommes armés lancent un ultimatum aux populations de la commune de Tongomayel, dans la province du Soum : ils ont 72 h pour quitter les lieux sous peine de représailles. Et depuis lors, c'est le sauve qui peut.

Mardi dernier, des hommes armés, huit personnes selon nos sources, arrivent à Tongomayel. Ils réunissent la population et prêchent. Après la séance de prêche, ils donnent quelques jours aux populations pour quitter la commune. Inquiets, les personnes âgées font savoir qu'elles n'ont nulle part où aller. Mais ces hommes armés répondent que ce là n'est pas leur problème, explique notre source, un habitant de la commune.

C'est ainsi que près de 2000 personnes fuient avec ce qu'elles peuvent emporter comme effets personnels. « À l'heure actuelle, Tongomayel s'est vidée » révèle notre source. Les habitants ont rejoint la ville de Djibo ou des hameaux de culture.

« Ces hommes armés n'ont pas dit ce qu'ils veulent faire de la ville » selon une autorité locale. Aucune présence des forces de défense et de sécurité n'est pour l'heure signalée. La police et le détachement militaire qui étaient sur place ont quitté les lieux il y a plusieurs semaines suite à des attaques. Du côté des autorités, aucune réaction pour le moment sur cette situation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.