Afrique: Donner de l'espoir pour une meilleure santé mentale

10 Octobre 2019

Au Cameroun, une jeune femme vient en aide aux victimes de la guerre dans les régions anglophones souffrant de stress post-traumatique.

Ce 10 octobre, journée mondiale de la santé mentale, porte sur la prévention du suicide. Mais au-delà de la question du suicide, les maladies mentales regroupent un ensemble de troubles comme la dépression, les troubles bipolaires ou encore le stress post-traumatique. Au Cameroun, Franca Soulem Yong s'occupe justement des déplacés à Yaoundé, des personnes souffrant de lourds traumatismes psychologiques.

Franca rend visite à une femme victime des violences dans les régions anglophones du Cameroun. "Cette femme a perdu son mari et son beau-frère qui avait quatre enfants. Elle doit maintenant adopter trois de ses enfants. Avant, elle nous disait que c'était nous qui étions fous, que les maladies mentales sont un problème religieux, qu'on doit être conduit chez un pasteur car un démon vous a probablement possédé" se souvient Franca.

Désormais, Velma Arrey, âgée de 45 ans, a changé son point de vue sur les maladies mentales et elle avoue que Franca lui a donné le réconfort et la force dont elle avait besoin pour commencer une nouvelle vie. "Elle apporte de l'amour, elle apporte de l'espoir. Elle donne des soins, c'est elle qui m'a vraiment apporté de l'aide " explique t'elle.

"La petite maman"

Franca est une ancienne étudiante en journalisme. En 2018, elle s'est rendue au Nigeria pour poursuivre ses études.

Elle a alors pris la résolution de venir en aide aux victimes traumatisées après avoir entendu l'histoire d'une réfugiée camerounaise qui, fuyant la guerre séparatiste, avait vendu son bébé parce qu'elle ne pouvait plus s'en occuper.

Depuis, la jeune femme de 28 ans rend visite aux personnes souffrant de traumatismes, elle chante pour elles et les encourage à considérer la vie avec espoir.

Pour financer son activité, elle collecte des habits et reçoit quelques dons afin de poursuivre son activité auprès des malades.

"Nous avons besoin que le monde comprenne que la santé mentale est très importante. Si quelqu'un n'est pas mentalement stable, aucune autre aide ne peut lui être utile " précise la jeune femme. En attendant que les soutiens à son activité soient plus nombreux, Franca bénéficie de l'aide de Suzanne Kadia qui est assistante sociale. Selon cette dernière "il y a beaucoup de colère, de peur, les gens ont besoin de quelqu'un qui leur dise qu'il y a de l'espoir. Je pense donc que son activité transforme les gens de l'intérieur et qu'elle va être très durable".

Parce qu'elle aide les gens au sein de sa communauté dans un domaine qui est assez peu reconnu, celui du soutien psychologique, Franca a été surnommée "la petite maman".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.