Cameroun: Mesures d'apaisement - Le MRC demande aux autorités d'aller plus loin

Pour le parti de Maurice Kamto, les autorités doivent aller encore plus loin si elles veulent résoudre le conflit en zone anglophone et la crise politique qui secoue le pays depuis la présidentielle.

Si le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) se félicite de l'abandon des poursuites contre ses responsables et partisans libérés le week-end dernier, le combat n'est pas terminé pour autant. Dans son communiqué diffusé mercredi, le principal parti d'opposition rappelle que nombre de ses « camarades » restent poursuivis par la justice civile.

« Tant que les charges retenues contre eux n'ont pas été abandonnées et que les condamnations prononcées contre les autres ne seront pas annulées, poursuit le MRC, aucun d'entre nous ne sera libre et la lutte se poursuivra jusqu'à leur libération. »

Amnistie pour les leaders séparatistes

Deuxième point abordé dans ce communiqué : le grand dialogue national convoqué la semaine dernière par le président Paul Biya. Pour tenter de trouver une issue au conflit en zone anglophone, les participants préconisent d'octroyer un « statut spécial » aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Le problème, explique le MRC, c'est qu'il « aurait fallu discuter du contenu de ce statut spécial », y compris « avec les sécessionnistes ». Le parti de Maurice Kamto va encore plus loin : il demande une amnistie générale pour tous les leaders séparatistes et toutes les personnes arrêtées dans le cadre de cette crise anglophone.

« Le hold-up électoral se poursuit »

Enfin, troisième et dernier point : le MRC reproche au grand dialogue national d'avoir occulté la crise politique qui a suivi la présidentielle d'octobre 2018, dont Maurice Kamto n'a jamais cessé de revendiquer la victoire. « Force est donc de constater », conclut le communiqué, que le « hold-up électoral se poursuit et entend se poursuivre ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.