Congo-Brazzaville: Management artistique - Tchopal met la musique urbaine sous les projecteurs

Patrick Mayama dit Tchopal est un gestionnaire de projets et d'événements culturels, voulant toujours associer les artistes locaux en première ou en lever de rideau pour les rendre visibles et les aider à promouvoir leurs œuvres.

Le tout dernier événement est celui intitulé "Widge magic moment" avec MTN, organisé par la société Alfatou. Il a connu la participation de Dafné du Cameroun et de Chanel du Gabon, qui a émerveillé le public avec son titre magique "Tizambengé". L'avant dernier projet pour lequel il s'est investi c'est Brazza urban festival, initié par Olivier Doumou.

Ce festival a reçu sur scène des jeunes artistes qui ont pignon sur rue tels Key Kolos, A6, Biz Ice, Embeunda music, E-Nosbi de la RD Congo, Tenor du Cameroun, NG Bling du Gabon. La musique urbaine est en train de gagner en notoriété avec des styles comme afrobeat, afrotrap, hip hop, et bien d'autres laissant le ndombolo en arrière-plan.

« Le ndombolo est là. A un certain moment on nous le sert à la même sauce. Et ça fatigue. Aujourd'hui, il y a des jeunes qui ont pris cette musique et l'ont mélangée avec d'autres genres. Quand vous allez sur Trace TV, vous constaterez que le pourcentage de la musique ndombolo est très infime. C'est donc normal qu'il ne soit plus joué parce que certains artistes du ndombolo ne se réinventent pas », a expliqué Patrick Mayama.

Ce dernier estime que les styles de la musique dite urbaine ne bénéficient pas de l'attention des adultes qui pensent qu'elle n'apporte rien de positif de par son contenu, privant ces jeunes de soutien et de visibilité, alors qu'ils drainent du monde lors des prestations en public. Pour lui, ces jeunes développent de bonnes thématiques que les adultes peuvent bel et bien écouter.

Le souhait, selon Patrick Mayama, serait que les mécènes mettent la main à la pâte pour l'éclosion de cette musique au niveau national puisque sous d'autres cieux, elle est bien soutenue. Un artiste, a-t-il dit, doit avoir un manager qui puisse le vendre, être en contact avec les gestionnaires d'événements qui acceptent de le faire jouer pour qu'il ait un cachet.

« Un artiste bien organisé, c'est-à-dire qui a un manager et un directeur artistique, vivra mieux de son œuvre. Le travail ne se limite pas seulement au studio ; le grand travail suit après la sortie de l'album », a souligné Tchopal.

Patrick Mayama est également artiste rappeur et avait à l'époque un groupe dénommé Section 15. Il a produit et participé à un album intitulé "Le pacte de sang" en 2007 avec Book's Black et Foxy. Un album qui a eu un grand succès avec le titre "Mets ta capote", qui lui avait valu un contrat avec le Centre national de lutte contre le sida. Aujourd'hui, il ne compose plus de chansons même s' il a un studio d'enregistrement à Brazzaville. Il fait la musique pour sa distraction. C'est le cas de ce dernier tube en chantier intitulé "Expandable", chanté avec ses amis Caidano, Doutché, et KMF.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.