Algérie: Lancement prochain de la réalisation de trois hôpitaux à Ouargla, Laghouat et Bechar

Alger — Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière Mohamed Miraoui a fait état, jeudi à Alger, du lancement prochain de la réalisation de trois (3) hôpitaux respectivement dans les wilayas de Ouargla, de Laghouat et de Béchar en vue de couvrir les besoins du citoyen dans ces régions du Sud.

S'exprimant lors d'une réunion consacrée à l'évaluation de l'état du secteur de la Santé au niveau de la wilaya d'Alger, en présence du wali d'Alger, Abdelkalek Sayouda, M. Miraoui a indiqué que la "les travaux de réalisation de trois hôpitaux à Ouargla, Laghouat et Bechar débuteront prochainement", et ce en vue de couvrir les besoins des citoyens dans ces wilayas du Sud qui souffrent d'un déficit en prestations sanitaires.

Annonçant également le lancement de deux établissements spécialisés dans la prise en charge des brûlures, la chirurgie plastique et la greffe cutanée dans deux wilayas, en l'occurrence, Oran et de Skikda, chacun d'une capacité d'accueil de 120 lits, le ministre a rassuré que l'Etat a consacré tous les moyens matériels et humains aux fins d'une meilleure prise en charge de cette catégorie de malades et d'alléger la pression sur les hôpitaux de la capitale.

Miraoui a, en revanche, indiqué que le secteur de la Santé au niveau national et non seulement dans la wilaya d'Alger, pâtissait toujours de plusieurs déficits qu'il impute à " l'absence d'un plan sanitaire local".

L'entrée en vigueur de la nouvelle Loi sanitaire d'ici à 2020 permettra d'améliorer le niveau de prestation des établissements de santé, et facilitera aux gestionnaires du secteur de la Santé de faire des initiatives et d'améliorer les prestations sanitaires.

Pour ce qui est du domaine des mesures de sécurité visant la protection des infrastructures de santé, des biens et des personnes au niveau des établissements de santé, le ministre a relevé " la réalisation immédiate de toutes les expertises techniques en vue de s'assurer de la sécurité et de la conformité des infrastructures techniques aux standards d'intégrité et de sécurité et l'adoption de plans de sécurité interne au sein des établissements de santé, tout en veillant à l'opérabilité du système d'alerte incendies et à l'existence d'une bouche incendie au niveau de l'ensemble des établissements sanitaires.

Lire aussi : Secteur de la santé: de nouvelles instructions organisationnelles et sécuritaires

Le Premier responsable du secteur de la Santé a appelé à contrôler et actualiser toutes les conventions relatives à la sécurisation des établissements de Santé, s'assurer de la sécurité de tous les équipements électriques utilisés au sein des établissements, au contrôle des issues de secours, outre la formation d'agents de sécurité dans le domaine des incendies, la sécurisation des points sensibles et vitaux à l'intérieur des établissements de santé, avec intensification des patrouilles et respect de l'hygiène externe du milieu hospitalier.

Dans le domaine de l'organisation et du développement des activités sanitaires, M. Miraoui a affirmé la nécessité de développer les unités de soins au domicile et de renforcer le travail des équipes médicales mobiles et le programme de la transplantation d'organes, de tissues et de cellules.

Pour ce qui est de l'amélioration de la performance des services et unités d'urgences, le ministre a souligné l'impératif d'améliorer l'accueil, l'orientation et l'humanisation et de garantir la présence effective des équipes médicales, paramédicales et administratives, tout en assurant la sécurité et les bonnes conditions de travail, d'hébergement et de restauration des personnels.

Il a appelé en outre à l'amélioration de l'hygiène hospitalière et au respect des bonnes règles de traitement des déchets hospitaliers, ainsi qu'à la création des réseaux de soins inhérents aux urgences comprenant les différentes spécialités, en sus de la fourniture des produits pharmaceutiques et de la rationalisation de leur gestion.

Le premier responsable du secteur de la santé a évoqué, en outre, le renforcement du système de veille et d'alerte pour la lutte contre les maladies transmissibles, la mise en œuvre effective du calendrier des vaccinations obligatoires, notamment le dépistage précoce, et l'accélération de la réception des projets de réalisation, d'équipement et de mise en service des centres de contrôle sanitaire aux frontières en désignant des médecins assermentés à leur niveau en vue de lutter contre la propagation internationale des maladies.

En ce qui concerne le plan national de prise en charge de la femme enceinte, M. Miraoui a fait savoir qu'à travers le territoire national, 1.200.000 accouchements avaient été enregistrés durant l'année 2019.

Il a insisté, à ce titre, sur l'impératif de prendre les mesures nécessaires comme l'évaluation du niveau de mise en œuvre de ce plan au niveau local durant cette année, et de mettre en exergue les points faibles qu'il faut rattraper.

Concernant la régularisation de la situation professionnelle des employés et le renforcement du dialogue social, le ministre a mis l'accent sur la nécessité de payer les salaires et les prestations dans leur délai, y compris la prime de rendement et de scolarisation selon la dernière décision du gouvernement, et de régler le problème de nomination en postes supérieurs, conformément aux procédures légales.

Il a appelé, également, à protéger les professionnels de la santé dans l'exercice de leurs fonctions à travers l'augmentation du nombre d'agents de sécurité, notamment au niveau des urgences et des points de permanence, et à porter plainte auprès des juridictions compétentes avec l'obligation de la constitution comme partie civile au cas de violence contre les professionnels du secteur.

Pour ce qui est du secteur privé, M. Miraoui a souligné la nécessité d'intégrer ce secteur au réseau national et de wilaya de santé et l'insérer au système de permanence et d'urgences.

Il a plaidé également pour la réactivation des groupes d'inspection mixtes entre le secteur de la santé et celui du commerce, afin de lutter contre les pratiques illégales en matière de vente des produits pharmaceutiques et la prise des mesures et procédures légales vis-à-vis des distributeurs en gros de produits pharmaceutiques dont la conformité au cahier des charges a été approuvée par les opérations d'inspection.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.