Sénégal: Lutte contre le cancer - Encore plus que la gratuité de la chimiothérapie

11 Octobre 2019

Le directeur de l'institut du Cancer de l'hôpital Aristide Le Dantec a soutenu hier, jeudi 10 octobre, à Podor, que la chimiothérapie seule, ne soigne pas le Cancer, en référence à la mesure de l'Etat rendant gratuit ce traitement.

Certes, cela va sensiblement réduire les coûts, mais pour Pr Mamadou Diop, il faut aussi la radiothérapie, la chirurgie, le bilan diagnostic et le bilan d'extension, pour venir à bout cette maladie.

Il va falloir bien plus que la gratuité de la chimiothérapie pour les cancers du sein et du col de l'utérus pour venir à bout de ce phénomène.

Le Pr Mamadou Diop, directeur de l'institut du Cancer de l'hôpital Aristide Le Dantec a fait savoir que la chimiothérapie seule ne soigne pas le Cancer. «Il y a la radiothérapie, la chirurgie, le bilan diagnostic et le bilan d'extension», pose-t-il ainsi déjà les pistes d'une maladie qui fait des ravages au Sénégal.

En effet, plus de 2000 victimes sont enregistrées par an au Sénégal, selon la Ligue sénégalaise de lutte contre le Cancer.

Des chiffres alarmants confortés pat une étude sur la situation du Cancer dans le monde, publiée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui fait état de plus de 30.000 cas de décès dus au cancer ces cinq dernières années au Sénégal.

L'étude estime que «les dégâts de la maladie pourrait croître de 11.541 nouveaux cas avec 8.410 morts imputables au cancer, en 2025».

Dans ce contexte de problème de santé publique, l'Etat du Sénégal s'engage pour une prise en charge gratuite de la chimiothérapie pour les cancers du sein et du col de l'utérus à travers une subvention.

Pour Mamadou Diop, «les coûts vont sensiblement être allégés grâce à la subvention sur la chimiothérapie de près d'1 milliard FCfa. Ce qui va permettre de rendre cette chimiothérapie gratuite.

Ce sera un impact certain sur coût». Une avancée significative, souligne-t-il, non sans inviter les acteurs à mettre davantage d'efforts pour rendre le traitement beaucoup plus accessible pour les malades.

Pr Diop s'exprimait hier, jeudi, au district sanitaire de Podor en marge d'une séance de formation destinées à 40 sages-femmes sur les techniques de dépistage du cancer du col de l'utérus et une journée de consultation gratuite pour près de 400 femmes du département.

Mamoudou Bocoum, médecin chef adjoint du district de Podor, a déclaré que les sages-femmes pourront non seulement diagnostiquer mais aussi prendre en charge les lésions précancéreuses.

«Notre objectif est d'éviter que l'institut du Cancer reçoit des cas compliqués», soutient-il. Ce travail en amont avec les sages-femmes est possible grâce à l'appareil cryothérapie offert par DP World Dakar, opérateur du terminal à conteneurs, partenaire de la Ligue sénégalaise contre le cancer (Lisca).

«Nous avons comme ambitions de faire les 76 districts du Sénégal, avec la Lisca, notamment former les sages-femmes sur la détection des lésions précancéreuses et outiller chaque district d'appareil cryothérapie», soutient Mame Yacine Diop, responsable développement durable DP World Dakar.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.